Ahmadou Al Aminou Lo D.N de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) « Ils disent que la France a un droit de véto dans le fonctionnement de l’Union. Ce qui est archi-faux »

Ahmadou Al Aminou Lo directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao)

Le directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), Ahmadou Al Aminou Lo a levé un coin du voile sur ce qu’on pourrait appeler le « combat contre le FCFA ».Lors de l’émission Grand Jury de la Rfm, le boss national du CFA a indiqué que ceux qui combattent le franc CFA n’ont pas la bonne information. ANNONCE Naguère, le renvoi de Kemi Séba du Sénégal en raison de son opposition au FCFA continue d’alimenter les débats les plus fous sur le maintien ou non de cette monnaie .Un combat qui aura valu à cet activiste africain de déchirer un billet de 5000 FCFA à Dakar.

Et c’est dans ce cadre que le Directeur National de la Bceao, Ahmadou Aminou Lo s’est fendu d’une précision de taille sur les véritables enjeux du FCFA.A l’en croire, ceux qui combattent le Franc CFA n’ont pas la bonne information en ce sens que sur le principe, à savoir le supposé droit véto dans le fonctionnement de l’union, sur le compte d’opération, et les réserves de Franc CFA, le directeur national de la Bceao précise « Ils disent que la France a un droit de véto dans le fonctionnement de l’Union. Ce qui est archi-faux », martèle-t-il.

Ainsi pour Ahmadou, toute réserve excédentaire d’une banque centrale ne peut pas être monétisée et ne peut qu’être placée. Parce que c’est cela qui sert à régler vos importations futures », explique-t-il.

Au sujet de la fabrication des billets de banque en France, il ajoute : « Imaginez qu’on est une usine, peut être que nous aurons des coûts de fabrication moindres, mais dans l’amortissement du bien, peut être qu’on pourrait se retrouver avec 60 milliards à amortir chaque année »a-t-il étayé, tout en occultant savamment que l’impression des billets de banque coûte annuellement entre 258 et 35 milliards de Francs CFA., Directeur National de la BCEAO : « Ceux qui combattent le Franc CFA n’ont pas la bonne information »

Le directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), Ahmadou Al Aminou Lo a levé un coin du voile sur ce qu’on pourrait appeler le « combat contre le FCFA ». Lors de l’émission  Grand Jury de la Rfm, le boss national du CFA a indiqué que ceux qui combattent le franc CFA n’ont pas la bonne information.

Naguère, le renvoi de Kemi Séba  du Sénégal   en raison de son opposition au FCFA continue d’alimenter les débats les plus fous sur le maintien ou non de cette monnaie . Un combat qui  aura valu à cet activiste africain de déchirer un billet de 5000 FCFA à Dakar.

Et c’est dans ce cadre que le Directeur National de la Bceao, Ahmadou Aminou Lo s’est fendu d’une précision de taille sur les véritables enjeux du FCFA. A l’en croire, ceux qui combattent le Franc CFA n’ont pas la bonne information en ce sens que sur le principe, à savoir le supposé droit véto dans le fonctionnement de l’union, sur le compte d’opération, et les réserves de Franc CFA, le directeur national de la Bceao précise « Ils disent que la France a un droit de véto dans le fonctionnement de l’Union. Ce qui est archi-faux », martèle-t-il.

Ainsi pour Ahmadou, toute réserve excédentaire d’une banque centrale ne peut pas être monétisée et ne peut qu’être placée. Parce que c’est cela qui sert à régler vos importations futures », explique-t-il. Au sujet de la fabrication des billets de banque en France, il ajoute :

« Imaginez qu’on est une usine, peut être que nous aurons des coûts de fabrication moindres, mais dans l’amortissement du bien, peut être qu’on pourrait se retrouver avec 60 milliards à amortir chaque année »a-t-il étayé, tout en occultant savamment que l’impression des billets de banque coûte annuellement entre 258 et 35 milliards de Francs CFA.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*