De grâce, épargnez-nous un nouveau scandale !

Les deux dernières grandes manifestations internationales organisées par le Sénégal, s’étaient soldées par des scandales retentissants. Il s’agissait du Sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (Oci-mars 2008) et du Festival mondial des Arts nègres (Fesman-décembre 2010). Des dizaines de milliards de francs avaient été engloutis de manière inconsidérée par les équipes dirigées respectivement par Karim Wade et Sindiély Wade, et les dépenses étaient faites de manière si désinvolte qu’on a fini par se demander si les préposés à l’organisation de ces rencontres avaient une once de respect pour leurs compatriotes.

Nous aurions pu penser que ces travers ont pu servir de leçons, surtout que le Président Macky Sall prône une rupture dans la gestion des affaires publiques dans le sens de la sobriété et de la vertu. Que nenni ! Il semble écrit qu’au Sénégal, être investi de la responsabilité d’organiser une rencontre internationale constitue une licence à un enrichissement personnel et à une gabegie impunie. Ainsi, serait-on, avec l’organisation du prochain Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), en passe de confirmer le dicton qui voudrait que «jamais deux sans trois». En effet, le journal Libération a révélé que le Président Macky Sall a tenté de sauver ce qui pouvait encore l’être dans les dérives en cours au niveau de la Délégation générale à l’Organisation du Sommet de la Francophonie.

Déjà qu’on décriait les énormes sommes engagées dans le cadre du volet de la Communication internationale du Sommet, confié de manière opaque au publiciste Richard Attias, que l’équipe de Jacques Habib Sy se permit de déposer sur la table du chef de l’Etat, à moins de six mois de l’échéance, un projet de budget de plus de 20 milliards de francs Cfa pour l’organisation de la rencontre. Manifestement, les dépenses préconisées ne seraient nullement justifiées car, comment ledit budget aurait-il pu être sabré par le Président Macky Sall pour qu’il se retrouve maintenant à hauteur de 7 milliards de francs Cfa ? Voilà que le budget a été réduit des deux tiers sans que personne au niveau de la Délégation générale ne bronche.

A la vérité, une équipe qui tiendrait à sa crédibilité aurait rendu le tablier après avoir présenté un budget, pour bien faire les choses, et de se retrouver pour faire le même travail avec un tiers du budget prévu. Franchement, on avait craint des grincements de dents mais le dos rond unanime des membres de la Délégation générale à l’organisation du Sommet de la Francophonie et de toutes les structures liées à cette manifestation, a fini par convaincre du caractère peu sérieux pour ne pas dire fallacieux, du projet de budget présenté.

Ainsi, se demande-t-on légitimement où devait aller le trop-plein d’argent ? Est-ce que d’aucuns n’ont pas estimé que c’était le moment de jouer sur l’urgence de la préparation de la manifestation pour à leur tour s’en mettre plein les poches, d’autant que la gabegie qui a entouré l’organisation du Sommet de l’Oci et du Fesman est restée impunie ?

De même, le budget de 7 milliards qui leur a été accordé n’est-il pas excessif, pourrait-on se demander. Renseignements pris auprès des différentes structures mises en place pour le Sommet de la Francophonie de novembre 2014, on apprend que le Comité scientifique avait estimé par exemple son budget de fonctionnement à une centaine de millions de francs Cfa, pour se retrouver finalement avec une dotation prévisionnelle de plus d’un milliard de francs Cfa dans le budget présenté par l’équipe de Jacques Habib Sy. En effet, El Hadji Hamidou Kassé et ses collaborateurs ont certainement dû oublier que, depuis quelques années au Sénégal, le milliard est devenu l’unité de compte des dépenses publiques. Pour faire sérieux, il faut compter en milliards !

Il faut aussi relever que le chef de l’Etat a une grande responsabilité devant une telle situation. Il n’est pas acceptable que les auteurs de ce qui apparaît manifestement comme une tentative de forfaiture ou de spoliation des ressources de l’Etat n’aient pas à rendre compte.

Aussi, serait-on en droit de s’attendre à une grande cacophonie dans l’organisation. Le chef de l’Etat a réussi l’acte inqualifiable de rassembler pour une même mission des personnalités qui ne se piffent pas, qui se haïssent même.

Cela, Macky Sall ne l’ignore plus ! Jacques Habib Sy et son adjoint Pape Massène Sène se retroussent les manches pour se boxer à chaque réunion. Les responsables de la Délégation générale ne parlent pas aux responsables du Comité scientifique, comme ils ne parlent pas aux membres du Comité d’orientation.

Les ministres les plus directement impliqués dans l’organisation, comme celui de la Culture et du Patrimoine (Abdoul Aziz Mbaye) et le ministre des affaires étrangères (Mankeur Ndiaye) et même la représentante personnelle du chef de l’Etat auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (Mme Penda Mbow), se heurtent sur des questions de préséance ou de responsabilité, chaque fois qu’ils se retrouvent autour d’une table pour évoquer l’organisation du Sommet. La preuve, un cafouillage monstre avait été déploré avec beaucoup de regrets par les membres du Secrétariat général de l’Oif à Paris, le 26 février dernier, lors de la réunion d’élaboration du Projet de Déclaration de Dakar.

Le Sénégal n’était pas en mesure de mettre à disposition des participants les termes de référence du projet de Déclaration. Penda Mbow, Mankeur Ndiaye et Abdoul Aziz Mbaye se renvoyaient la responsabilité de cette carence. Quelques semaines auparavant, le Sénégal s’était également donné en spectacle toujours à Paris, lors de la rencontre à l’occasion de laquelle, les pouvoirs devaient être passés entre la République démocratique du Congo, organisatrice du Sommet de l’Oif en 2012, et le Sénégal organisateur du Sommet de 2014.

Le Président Macky Sall n’ignore rien de tout cela. Sa responsabilité est d’autant plus engagée qu’il ne semble pas daigner remettre de l’ordre dans ce charivari. Les prémices d’un nouveau scandale sont installées. Il ne faudrait pas attendre que l’irréparable ne soit commis pour exprimer des regrets. Il faut faire mentir l’adage «jamais 203» !

  • Écrit par  Madiambal DIAGNE

mdiagne@lequotidien.sn

Related Posts

URL courte: http://www.sunuker.com/?p=37905

Répondre

Campagne de collecte de fonds: Supportez votre radio Sunuker FM: La Première Radio Africaine en Californie – Faites un Don – Merci

Le Blog de Jawar Jobe. Tous les Vendredi, votre chronique Hebdomadaire. Par N’diawar Diop

Ndiawar Diop gros plan

Le Blog de Ahamdou Diop

Télécharger Sunuker Fm iOS APP et Sunuker Fm Android App sur votre tablette Androïd et sur votre iPhone ! C’est Gratuit !!!

Sunukerfm App Android

Emissions « Voix/voie des Jeunes » Les Dimanches @ 17hr GMT en DIRECT

vdj

Emissions « Xew Xewi Rewmi » Les Mardis @ 19hr GMT en Direct

Galerie photo

SUNUKER.COM Copyright 2013 .