9 Chinoises arrêtées : La police a trouvé 38 préservatifs dans la chambre et les poubelles

Les 9 chinoises, arrêtées à la cité Isra de Bel Air dans une maison appartenant au Ministre de l’Agriculture, ont fait face au juge ce vendredi. Devant la barre, renseigne le Journal ‘‘Les échos’’, Li Jin Ling leur patronne, indique avoir amené ses compatriotes de la chine en contrepartie d’une somme de 500 dollars. Elle dit vouloir les  faire travailler comme serveuses. Puis, par l’intermédiaire de  Massamba Bâ, qui parle Chinois, elle est parvenue à louer une maison qui appartient au ministre de l’Agriculture, Papa Abdoulaye Seck pour installer ses compatriotes.

Mais, rapporte le Journal ‘’Les Echos’’, depuis, la villa du ministre est transformée en véritable auberge  avec des va et viens incessants et beaucoup de bruits. Ce qui a fortement dérangé le voisinage qui a alerté la police. Les limiers débarqueront et embarqueront tout ce beau monde. Et lors de la perquisition du domicile, ils ont trouvé 38 préservatifs dans les chambres et les bacs à ordures.

«J’ai mon passeport en cours de validité et ces employées que j’ai fait venir de la Chine détiennent aussi les leurs. Je vais les employer comme serveuses dans le bar que je vais ouvrir au Sénégal. J’ai payé le billet d’avion de certaines d’entre elles et les documents concernant ce projet sont entre les mains de mon avocat », a indiqué la patronne des filles Li Jin Ling.

Mais, ses propos ne convaincront pas le procureur qui a requis contre elle, 5 ans de prison pour proxénétisme dont 2 ans ferme. Pour le reste des filles, le maitre des poursuites a requis 3 mois de prison ferme pour prostitution clandestine. Il a écarté cependant Massamba Bâ du dossier.

 

Auteur: Seneweb News – SenewebNews-RP

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*