A force de se moquer des français, la popularité de Macron s’effondre

A force de se moquer des français, la popularité de Macron s'effondre

La “cote de popularité” d’Emmanuel Macron auprès des Français en âge de voter continue de baisser, selon le sondage mensuel de l’Ifop (Institut français d’opinion publique) pour le Journal du Dimanche (JDD). Par rapport au résultat du sondage similaire réalisé en juillet, le président passe de 54% de “satisfaits” (“plutôt” ou “très” satisfaits) à seulement 40%. Un échantillon représentatif de 1.023 personnes s’est exprimé les 25 et 26 août sur le sujet.

Le Premier ministre Edouard Philippe enregistre également un recul, de neuf points, sur la même période, passant de 56% à 47% de satisfaits.

Le chef de l’Etat a perdu 22 points de popularité depuis le premier baromètre Ifop-JDD publié il y a trois mois, juste après son élection. Au même moment, en 2012, son prédécesseur, le socialiste François Hollande, jouissait d’une popularité nettement plus élevée (54%) et celle de Nicolas Sarkozy (droite) était encore plus forte en 2007 (67%).

En août, 36% des sondés se disent “plutôt satisfaits” (-11) et 4% sont “très satisfaits” (-3) du président Macron. Simultanément, le total des mécontents passe de 43% à 57%, se répartissant entre “plutôt mécontents” (37%, +9) et “très mécontents” (20%, +5). 3% (=) des sondés ne se prononcent pas.

Selon cette enquête, le leader de La France insoumise (gauche radicale) Jean-Luc Mélenchon est considéré comme la personnalité politique la plus à même (59%) d’incarner l’opposition à Emmanuel Macron dans les années à venir, devant la présidente du Front national (extrême droite) Marine Le Pen (51%), Benoît Hamon (ex-PS) et Laurent Wauquiez (Les Républicains, droite), à 27% chacun.

Source

No Picture
In the Spotlight

«Vivre riche» en Côte d’Ivoire -Médiapart

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par Tënk & Mediapart « Rolex le Portugais » et ses amis ne sont pas des enfants de chœur : à Abidjan, ils vivent d’arnaques aux Européens et le justifient par « un retour de la dette coloniale ». Mais [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*