Abdoulaye Baldé aurait-il pris le maquis ?

balde_rebeuss-300x155Les gendarmes sont rentrés bredouilles de leur déplacement, avant-hier, jeudi, 14 août, au domicile à Dakar du maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, sis à Ngor- Almadies. Ils ont dû rebrousser chemin après une attente de plusieurs heures sans voir l’ombre d’Abdoulaye Baldé. Relayé par la RFM, l’ancien directeur exécutif de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (ANOCI) a soutenu être sur le chemin du retour, en provenance de Ziguinchor. Les gendarmes, qui venaient exécuter un mandat d’arrêt contre M. Baldé, n’ont pu rencontrer que ses avocats. Il y avait aussi sur les lieux d’autres personnalités de l’opposition, dont Idrissa Seck, patron de Rewmi et président du conseil départemental de Thiès. D’aucuns ont soutenu que bien au fait des dispositions de l’article 124 du code de procédure pénale, l’ancien commissaire de police a pris “le maquis”, sachant que “l’agent chargé de l’exécution d’un mandat d’arrêt ne peut s’introduire dans le domicile d’un citoyen avant cinq heures et après 21h00”. Mis en demeure le 11 juillet dernier par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour justifier sa fortune estimée à 5 milliards de francs CFA, Abdoulaye Baldé a fourni sur 30 pages les réponses à cette mise en demeure, le 11 août dernier. Aurait-il donc pris le maquis ? Comme il a promis de déférer à la convocation des gendarmes, attendons de voir, aujourd’hui.

Source: EnQuête

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*