Abou Lo : «L’Apr est en train de partir en lambeaux»

A Ogo, une commune du Fouta, où il s’était rendu ce week-end pour tenir un meeting, Abou Lo, ancien ministre de la Communication, n’a pas mâché ses mots.

Devant une population nombreuse venue assister à la rencontre, il a appelé à plus de respect et de solidarité dans les rangs de l’Alliance pour la République

«S’il y a une volonté de brimer certains, cette solidarité va éclater. Ce parti (l’Apr), c’est mon parti parce que je le porte dans mon cœur. J’ai tout abandonné pour ce parti. Et je ne peux pas me permettre de voir ce parti partir en lambeaux du fait du comportement de certains responsables. Il faudra que les responsables que nous sommes reviennent à nos valeurs cardinales.

D’abord nos valeurs culturelles, républicaines, mais aussi les valeurs qui ont fondé ce parti. Ces valeurs qui ont fait que nous avons toujours gagné», a déclaré l’ancien ministre de la Communication et des Télécommunications.

«Ce que nous demandons, c’est d’être associé aux décisions locales pour ce qui concerne le parti. Dans la gouvernance locale, nous voulons être associés. Nous ne pouvons plus accepter qu’on vienne nous dire “le président a dit ceci, donc suivez comme des moutons de panurge’’. Nous n’allons pas l’accepter. Dans les affaires qui concernent notre localité, nous devons être consultés», peste-t-il.

Il précise qu’il n’a pas d’ambition personnelle. «Notre ambition, ce n’est pas d’être le maire ou le coordinateur, mais j’ai des camarades qui ont travaillé, qui ont trimé pour ce parti et qui méritent d’être maire. Le parti, c’est notre parti et nous travaillons pour le président Macky Sall. C’est pour cela que nous appelons à l’unité dans le respect des prérogatives, de la dignité de tous les responsables.

C’est le discours que j’ai toujours tenu et que je continue de tenir. Ce n’est pas aller dans le sens d’une division et nous voulons. Que cette querelle cesse parce que notre point fort était toujours la solidarité et l’union. Nous voulons cette union, cette solidarité, mais aussi nous voulons la reconnaissance au sein de cette union», appelle-t-il.

Abou Lô a, toutefois, tenu à préciser que si le président de la République leur parle directement, ils suivront ses directives. «Si le président nous dit suivez telle personne, nous allons le faire. Si le président nous dit voilà ma liste, nous allons soutenir cette liste. Ce que nous ne voulons pas et n’accepterons plus, c’est que quelqu’un vienne ici nous dire que le président a dit ‘’voilà mon candidat’’, tient-il à clarifier.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*