ACCIDENTES DE LA ROUTE Les chiffres qui font peur

ACCIDENT Insécurité routièreEntre 2001 à 2011, un total de 22.000 accidents avec un lot de morts et des blessés graves ont été enregistrés à travers le pays. Ces chiffres ont été révélés par l’Association nationale des Personnes accidentées vivant avec un handicap, samedi dernier, à Dakar. 

Dans une déclaration remise à la presse, il est indiqué que l’ampleur de ces maux s’est accentuée car rien qu’en 2012, le Sénégal a enregistré 4876 accidents dont 2000 décès et 2876 blessés. Pis en 2013, 15 375 accidents ont été notés pour plus de 400 décès ainsi que des blessés graves.

Pour cette année en cours, dans la seule journée du vendredi 9 mai dernier, on a dénombré 11 victimes d’accident à Gossas  dont 4 morts dont 3 sous officiers à Gossas, 6 décès à Allou Kagne dont un enfant et 1 décès et de nombreux blessés graves sur l’autoroute, à hauteur du pont de Yarakh , à Dakar. Au cours de ce mois de juillet, un accident qui s’est produit à Sédhiou a causé 7 morts et 25 blessés. Pour boucler la boucle de cette série noire, l’Association est revenue sur les bâtiments mal construits et qui s’effondrent provoquant des accidents mortels et des blessés graves.
 

En listant les causes de ces accidents, elle a dénoncé l’étroitesse des routes, le manque de panneaux de signalisation, le système d’éclairage défectueux ou n’existant pas dans les grands tronçons, la mauvaise conception des dos d’âne, l’excès de vitesse, et la mauvaise formation des chauffeurs entre autres, les auto écoles qui délivrent les permis en 15 jours ou 1 mois ainsi que le comportement des usagers.
 
 Devant toutes ces difficultés, il est ressorti au cours de cette journée les rapports difficiles entre les accidentés et les compagnies d’assurance. Ila été souhaité la création de sapeurs pompiers volontaires dans toutes les communes au niveau du territoire national pour aller vers une équipe d’intervention rapide assez outillée pour les premiers soins.

Une solidarité agissante a été proposée en captant pour les accidentés une part à travers la zakkat donnée par les Sénégalais. Il Il est aussi question d’envoyer des délégations dans les différents foyers religieux du Sénégal pour sensibiliser les gardiens de ces foyers pour un élan de solidarité à travers les accidentés.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*