Accidents de la route en 2013 Le Sénégal a enregistré plus de 15.250 victimes

La journée mondiale du souvenir des victimes de la route a été célébrée, hier, dans plusieurs pays. C’est ainsi qu’une cérémonie commémorative a eu lieu, à Dieuppeul, autour du thème : «Du souvenir à l’action». Thème plus que pertinent, le Sénégal ayant enregistré, depuis le début de l’année, plus de 15.250 victimes de la route.accident

La journée d’hier a été retenue par les Nations Unies comme «la journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route». Et à l’instar des autres pays, le Sénégal, sous l’égide de Laser international, de l’Oms et du ministère des infrastructures et des transports, a sacrifié à l’édition 2013 orientée sur le thème : «Du souvenir à l’action ». A en croire le colonel Mamadou Cissé de la Brigade nationale des sapeurs pompiers, ses pairs ont effectué cette année 9.203 sorties de secours pour tenter de venir en aide aux accidentés de la circulation. Sur ce, ils ont enregistré plus de 15.250 victimes dont 365 corps sans vie. Face à ce bilan macabre, le colonel a appelé tous les acteurs de la route à s’impliquer dans le combat pour la réduction des victimes. Concernant les sapeurs pompiers, rassure le colonel Mamadou Cissé, ils ont quelques objectifs majeurs qui sont, entre autres : participer à la prévention de la route, instaurer une couverture optimale nationale, améliorer la prise en charge des victimes. Revenant sur le thème, Ndèye Awa Sarr, présidente de Laser international, dira qu’il revêt d’un caractère particulier, le temps n’étant plus du souvenir, mais de l’action.

«Réduire de 50%»

Aussi, soutient, Ndèye Awa Sarr, il faut poser des actes qui permettront d’impliquer des dignitaires religieux dans la sensibilisation, de poser des silhouettes sur les zones accidentogènes, d’aider à la réinsertion des victimes, entre autres actions. En effet, les accidentés ont souvent le sentiment de ne pas recevoir un soutien approprié face à leur détresse. C’est pourquoi, M. Wade, directeur des transports routiers, dira que cette journée du souvenir répond à un grand besoin des victimes de voir leur souffrance et leur désarroi entendus et reconnus par les populations et les autorités de notre pays. Selon les statistiques de l’Oms, avec seulement 2% du parc automobile mondial, l’Afrique enregistre 24,1% des victimes de la route. Face à ce fléau, renseigne M. Wade, le Sénégal a pris, entre autres mesures, la mise en place de ralentisseurs au niveau des agglomérations, la multiplication des échangeurs au niveau de certains axes urbains. Il faut préciser que, préoccupées par l’enjeu de la lutte contre l’insécurité routière, les autorités sénégalaises comptent mettre sur pied une structure autonome chargée de coordonner et de gérer la sécurité routière.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*