Accusé de chantage, Baïla Wane charge à son tour le Colonel Ndaw: « Nous avons affaire à un malade, un narcissique, un déséquilibré »

baïla-wane-3-620x400Le livre du Colonel Ndaw est actuellement l’affaire qui secoue l’opinion ces derniers jours. Aujourd’hui, L’Observateur a tendu le « micro » à une des personnes citées dans ce brûlot, en l’occurrence Baïla Wane.

En effet l’ex-PDG de la Lonase est accusé par le Colonel Ndaw de chantage envers le Général Abdoulaye Fall, alors Haut Commandant de la Gendarmerie nationale, afin de lui soutirer cinquante (50) millions de francs CFA. M. Wane explique avoir prévenu le Général Fall après avoir reçu une information le concernant par le biais d’Amdy Diagne, la personne qu’il aurait envoyée faire chanter le Général selon le livre.

A. Diagne fut arrêté deux (2) jours plus tard. « C’est quand il a été libéré qu’il est venu me raconter et je lui ai reproché d’être parti, avec un autre sans m’en informer. Quand j’ai été informé qu’il voulait faire chanter le Général Fall, et que c’est Insa Diallo qui l’a fait libérer par le biais du Président de la République, j’ai alors pris la décision de couper les ponts parce qu’il ne m’inspirait plus confiance», déclare B. Wane, bottant ainsi en touche les accusations du Colonel.

Toutefois, il n’est pas encore décidé à poursuivre en justice le Colonel Ndaw pour ces accusations. « Je me réserve le droit de servir une citation directe au Colonel. Parce que toutes les accusations contre ma personne sont aussi légères. Cela laisse supposer que nous avons affaire à un malade, un narcissique, un déséquilibré, un homme vil qui a le goût de cendre dans sa bouche », assène-t-il.

In the Spotlight

Pourquoi Ouattara laisse planer le doute sur un nouveau mandat en 2020

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par  jeuneafrique.com En évoquant désormais l’éventualité d’un troisième mandat en 2020, Alassane Ouattara a surpris plus d’un observateur. Dans cette tribune, André Silver Konan décrypte la stratégie inattendue du chef de l’Etat ivoirien, qui espère [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*