Adhésion du Maroc à la Cedeao : Attention, danger !

Si le Maroc devient un pays membre à part entière de l’espace Cedeao, les conséquences seront lourdes pour les économies de la sous-région, du Sénégal notamment. La sonnette d’alarme est tirée par le comité de suivi de l’intégration, qui a tenu une conférence de presse, hier.

En attendant la décision définitive de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) qui ont déjà donné leur accord de principe sur l’adhésion du Maroc à cet espace économique, les arguments font légion pour prévenir des éventuelles conséquences sur l’économie sous-régionale. La force financière et la compétitivité du Maroc, seront sans doute fatales aux économies de la sous-région, redoute le comité créé au Sénégal pour prendre en charge cette problématique.

“L’intégration du Maroc est un danger national”, a mis en garde un participant. “Dans tous les secteurs, nous sommes perdants”, réagit un autre dans le quotidien EnQuete qui analyse les éventuelles répercussions économiques d’une telle adhésion. Car, ce n’est qu’après le refus de l’Union européenne d’ouvrir son marché aux produits du royaume, que Hassan 2, puis Mohamed VI, ont renoncé progressivement à leurs ambitions européennes pour se tourner du côté de l’Afrique sub-saharienne, note le journal.

Pour le cas du Sénégal, en cas d’adhésion, l’État va perdre des recettes avec la suppression des taxes douanières. Mais c’est un moindre mal comparé aux conséquences dans le monde de l’emploi’, renchérit le quotidien. Qui précise que les secteurs qui seront les plus impactés sont : l’agriculture, au sens large, l’industrie, le commerce, l’artisanat, les services ainsi que le bâtiment et les travaux publics, selon l’étude d’impact que le comité est en train de boucler.

Le marché local envahi par les produits marocains

À titre illustratif, la Clémentine de Pout et des Niayes a cédé la place aux oranges marocaines. De la même manière, l’oignon la pomme de terre, la carotte ainsi que le poivron subissent de plein fouet cette rude concurrence, fait constater ledit comité présidé par Diallo Kane et composé d’organisations, de syndicats, d’associations de la société civile et du monde universitaire.

Tout, pour dire que le poids économique du Maroc va noyer les économies de la sous-région, du Sénégal notamment. Le royaume chérifien a un PIB de 101 milliards de dollars US, contre 36 milliards de dollars en Côte d’ivoire, 42 milliards au Ghana et surtout 14 milliards de dollars US au Sénégal.

Le Maroc pèse à lui seul plus lourd que les trois économies réunies. Et seul le Nigéria peut rivaliser avec le Maroc, prévient le comité.

In the Spotlight

Des formations « Interdites aux blancs » dans le 93

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Un stage anti raciste interdit aux blancs, il faut oser aller aussi loin dans l’oxymore. Les blancs n’auraient ni la bonne couleur ni la bonne religion. AU CROISEMENT DES OPPRESSIONS Où en est-on de l’antiracisme [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*