AFFAIRE DU MEURTRE DE NDIAGA DIOUF EN 2011 BARTHELEMY DIAS S’EXPLIQUE, CE MARDI

barthelemy-diasA peine installée en début de semaine dernière, la Commission Ad Hoc de l’Assemblée nationale, mise sur pied dans le cadre de l’affaire relative au meurtre de Ndiaga Diouf, se met en branle. En effet, elle a convoqué le mis en cause dans ladite affaire de crime de sang, en l’occurrence Barthélémy Dias, maire socialiste de Mermoz Sacré Cœur. 

Dans une note parvenue à Sud Quotidien le samedi 5 novembre dernier, il est indiqué que «la Commission Ad Hoc de l’Assemblée nationale convoque le député Barthélémy Toye Dias, le mardi 8 novembre 2016 à 10, à l’Assemblée nationale». Le communiqué des services de communication de l’hémicycle renseigne ainsi que cette invite entre «dans le cadre de la demande de levée de son immunité parlementaire». 
 
La note informe, par ailleurs, que «conformément au règlement intérieur de l’Assemblée nationale, le député va être entendu, ce jour, avant que ladite Commission n’élabore un rapport à soumettre à la plénière de l’Assemblée nationale».

En effet, la commission en question a été mise sur pied pour entendre l’accusé Dias, avant de présenter un rapport aux parlementaires en plénière afin qu’ils statuent sur le sort à réserver à la demande formulée par le ministère de la Justice pour la levée ou non de l’immunité parlementaire du maire socialiste. Le «rebelle» du Parti socialiste (Ps), non moins ex-membre du groupe parlementaire Bennoo Bokk Yaakaar fera ainsi face à ses pairs pour s’expliquer sur les tenants et les aboutissants de l’attaque de sa mairie par des nervis, dans la matinée du 22 décembre 2011.      

Jean Michel DIATTA

In the Spotlight

Les vraies raisons pour lesquelles Trump quitte l’UNESCO

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

À première vue, la décision prise la semaine dernière par l’administration Trump, immédiatement suivie par Israël, de démissionner de l’agence culturelle des Nations Unies semble étrange. Pourquoi pénaliser un organisme qui promeut l’eau potable, l’alphabétisation, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*