Affaire du soldat emprisonné à Dakar: Le français Mike Téhico transféré dans une prison VIP du Sénégal

A peine est-il derrière les barreaux, le soldat français rêve de se voir dehors. Il a introduit une demande de liberté provisoire auprès du tribunal de Dakar pour retrouver les siens à la base des militaires français de Dakar.

Les choses sont allées très vite dans la gestion du dossier du jetsetteur sénégalais Oumar Watt, plongé dans le coma suite à un coup de poing américain reçu dans la nuque dans le bar dancing le Patio. Ce jour là, en compagnie de ses collègues, le soldat Mike Téhico fortement alcoolisé avait décidé d’importuner des filles qui accompagnait un groupe de fêtards sénégalais. Pour sortir les filles de la mauvaise posture dans laquelle semblaient les mettre les militaires français, Oumar Watt serait intervenu.
Et une bagarre est survenue. C’est au cours de ce baston que le jetsetteur sénégalais a reçu le fameux qui vaut aujourd’hui au soldat français sa détention préventive. Incarcéré, un temps à la maison d’arrêt de Reubeus, Mike Téhico, qui a reçu l’assistance consulaire de son pays, a pu quitter cette prison surpeuplée -plus de 2000 prisonniers pour un lieu devant accueillir 800- où les conditions de vie sont exécrables.
Il est depuis ce week-end logé à la prison du cap manuel, un établissement VIP qui compte parmi ses pensionnaires un certain Hissène Habré, l’ancien président tchadien, condamné à plusieurs années de prison pour crimes contre l’humanité. Alors qu’il pouvait se considérer comme un privilégié et prier pour que Oumar Watt -toujours dans le coma et bénéficiant d’une incapacité temporaire de travail de 60 jours- se rétablisse, voilà que le soldat français demande à être libéré.
Pour motiver sa demande de liberté provisoire, le soldat a assuré qu’il resterait à Dakar et ne chercherait pas à se soustraire à l’action de la justice sénégalaise. Et a donné l’armée française comme garant de sa parole de soldat. Pour le moment, le parquet qui a reçu cette demande n’a pas encore fait connaître sa décision.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*