Affaire « primes impayées » des Eléphants footballeurs: deux ex-cadres du ministère ivoirien des Sports remis en liberté

Côte-dIvoire-Can-2015-587x345_cDeux ex-cadres du ministère ivoirien des Sports, accusés de détournement dans l’affaire des « primes impayées » des Éléphants footballeurs lors de la CAN de 2015, remportée par Yaya Touré et ses coéquipiers, en Guinée-Équatoriale, ont été remis en liberté, selon des sources concordantes.

L’ancien régisseur du ministère des Sports, Patrick Yapi, et l’ex-chef de Cabinet, Fulbert Beugrefoh, interpellés puis incarcérés depuis mai 2015, dans le cadre de l’affaire des primes impayées aux Eléphants footballeurs, ont été relaxés ce week-end.

Après la fin de la Coupe d’Afrique des Nations de 2015 en Guinée équatoriale, plusieurs joueurs des Eléphants continuaient de réclamer leurs primes de matchs, alors que 3,5 milliards de F CFA (5,4 millions d’euros) avaient été décaissés par le gouvernement ivoirien et mis à la disposition du ministère des sports pour toute la campagne des Éléphants, y compris la préparation et la compétition, selon la Fédération ivoirienne de football (FIF).

Le montant des primes restant à payer était de l’ordre de 720 millions FCFA (1,1 million d’euros) et concernait les matchs de la demi-finale et de la finale de la Coupe d’Afrique des nations 2015, remportée par la Côte d’Ivoire face au Ghana.

La Fédération ivoirienne de football (Fif), a après le sacre des Éléphants, obtenu comme récompense 250 millions de FCFA (380 000 euros) contre 300 millions FCFA (460 000 euros) pour le staff technique et administratif. Chaque joueur s’est vu attribuée une prime de 46 000 euros en espèces et une villa évaluée au même prix. Quant au sélectionneur, Hervé Renard, il a reçu une prime de près de 75 millions FCFA (114 000 euros).

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*