Affaire Tariq Ramadan : le JLD rejette la demande de mise en liberté

Alors que les juges avaient saisi, la semaine dernière, le juge des libertés et de la détention (JLD) suite à leur refus d’accéder à la demande de mise en liberté de Tariq Ramadan, le JLD vient de rendre une ordonnance de rejet.

Ce lundi 30 juillet, le JLD estime dans un avis d’ordonnance que « la détention provisoire de M. Tariq Ramadan demeure l’unique moyen (…) d’empêcher une pression sur les témoins, sur les victimes ainsi que sur leur famille », « de conserver les preuves pour indices matériels nécessaires à la manifestation de la vérité » et « de mettre fin à l’infraction ou de prévenir son renouvellement.

 » Dans cet avis d’ordonnance que nous avons pu consulter, le JLD parle également du report de la confrontation entre Tariq Ramadan et Paule-Emma A. au 18 septembre prochain. « Dans l’attente, il est indispensable d’éviter toute pression sur celle-ci et sur l’ensemble des personnes déjà auditionnées », peut-on lire dans le document.

Concernant les risques de récidive, le JLD évoque le rapport médical qui relève « l’absence de dangerosité psychiatrique et criminologique ou sociale de l’intéressé. » Malgré l’absence de dangerosité — argument évoqué auparavant pour justifier la détention provisoire —, la succession des faits dont Tariq Ramadan est accusé « pose toujours question et demeure à éclaircir. » Le juge des libertés et de la détention évoque enfin l’état de santé de Tariq Ramadan. Il prend en compte l’expertise du 18 avril dernier qui, rappelle-t-il, « a conclu à la compatibilité de sa détention avec son état de santé. » Dans l’attente d’une « expertise complémentaire, (…) il y a lieu de constater que la détention demeure compatible à l’état de santé de M. Ramadan », insiste le JLD.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*