Affaire Weinstein : un scandale aux répercussions politiques

Le Parti républicain accuse le Parti démocrate d’avoir tardé à dénoncer les agissements du producteur hollywoodien, l’un de ses généreux donateurs.

Aux Etats-Unis, le scandale provoqué par les accusations d’agressions sexuelles contre le producteur de cinéma Harvey Weinstein atteint aussi la sphère politique.

Depuis le début de l’affaire, le Parti démocrate se retrouve sous le feu des critiques des élus républicains qui l’accusent d’avoir tardé à se distancier du mogul lequel a contribué au financement d’un grand nombre de ses campagnes.

« Joignez l’acte à la parole : rendez tout l’argent sale d’Harvey Weinstein », a lancé le Comité national républicain, dans une nouvelle vidéo mise en ligne mercredi 11 octobre.

Harvey Weinstein était une figure incontournable pour tous les grands candidats démocrates depuis deux décennies, bien qu’il ne fasse pas partie de leurs plus riches contributeurs. Le producteur a personnellement donné 1,4 million de dollars à des candidats ou comités démocrates ou au Parti depuis 1990, selon le Center for Responsive Politics.

A cela s’ajoutent des centaines de milliers de dollars levés auprès de son réseau au profit de Barack Obama en 2012 et de Hillary Clinton en 2016, ce qui lui permettait d’accéder à un niveau supérieur dans l’échelle des donateurs.

M. Weinstein avait aussi invité une cinquantaine de personnalités, en août 2011, notamment des stars comme Gwyneth Paltrow et Alicia Keys, à son domicile de New York lors d’une levée de fonds pour la réélection du président Obama, en la présence de celui-ci.

Un habitué de la Maison Blanche

Harvey Weinstein était un habitué de la Maison Blanche. Il était notamment au dîner d’Etat en l’honneur du premier ministre britannique en 2012, ainsi qu’à la table d’honneur d’un déjeuner au département d’Etat avec la chancelière Angela Merkel, en présence de Hillary Clinton, en 2011. Quelques années plus tard, alors que cette dernière était candidate à la présidentielle, le producteur avait organisé une réception à son domicile, pour une soixantaine de grands donateurs. Prix de l’entrée : 33 400 dollars.

Finalement, après plusieurs jours de silence, Mme Clinton s’est dite, mardi, « choquée et écœurée », tandis que Barack et Michelle Obama se déclaraient « dégoûtés ». « Hillary a mis environ cinq minutes à accuser la NRA [National Rifle Association] après la fusillade commise par un fou, mais cinq jours pour, du bout de la langue, dénoncer Harvey Weinstein pour les agressions sexuelles », a raillé Kellyanne Conway, conseillère du président Donald Trump. « Peut-être qu’Hollywood va arrêter ses leçons de morale à la con », a pour sa part ajouté le fils aîné du dirigeant, Donald Jr.

Reverser l’argent à des associations

De nombreux sénateurs démocrates ont commencé à rembourser les sommes offertes par Harvey Weinstein, en redonnant souvent l’argent à des associations caritatives ou de défense des femmes.

Le Parti, qui a reçu des centaines de milliers de dollars au fil des ans, a annoncé avoir l’intention de redonner une partie de l’argent. Pour Hillary Clinton, le montant versé directement de la poche du producteur déchu est dérisoire à l’échelle d’une campagne, seulement 5 400 dollars en 2015-2016. Mais l’enjeu est symbolique.

Une bataille invraisemblable pour les démocrates qui rappellent que la plupart des républicains sont restés solidaires de Donald Trump après la divulgation d’une vidéo, en octobre 2016, dans laquelle il se vantait d’attraper les femmes « par la chatte ».

« Il est ironique que les républicains s’agitent autant autour d’Harvey Weinstein quand le président lui-même a été accusé de harcèlement sexuel quinze fois », a lancé Jennifer Granholm, ancienne gouverneure démocrate du Michigan, sur CNN.

Le Monde avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*