Affrontements entre khalifistes et forces de l’ordre

Les partisans de Khalifa Sall ont donné le ton suite à la publication de la liste provisoire par le Conseil constitutionnel pour les candidats à la prochaine présidentielle. Ils se sont réunis dans leur siège pour dégager les voies et moyens de faire face à cette décision. Seulement, ils n‘ont pu terminer car les forces de l’ordre ont quadrillé les alentours. Ce qui leur a fait sortir de leurs gonds, créant ainsi une chaude empoignade. La bataille pour les candidats recalés par le Conseil constitutionnel de la course à la Présidentielle de 2019 s’annonce très rude. Les Khalifistes ont annoncé la couleur en affrontant les forces de l’ordre déployées en grand nombre autour de leu siège. Selon le coordinateur des jeunes khalifistes, Bassirou Samb, « c’est légitime que des militants et sympathisants se retrouvent dans leur maison pour échanger sur les stratégies à mettre en œuvre. Nous ne comprenons pas ce déploiement des forces de l’ordre, cela relève de la provocation car nous avons le droit de nous retrouver, de faire nos réunions. Ce n’est pas du tout normal qu’elles se permettent d’encercler notre maison avec un nombre impressionnant d’éléments». Et de renchérir : «Nous dénonçons cela car ce sont des grenades lacrymogènes que les forces de l’ordre ont lancé en direction de nos locaux. A l’intérieur, il y avait des dames, des jeunes filles et certains étaient malades. Macky Sall ne peut pas nous obliger à ne pas dire ce qu’on pense. Il est en train de faire ce qu’il veut, il n’a qu’à nous laisser faire ce qu’on sent ». Très en verve, ce responsable des jeunes khalisfistes est d’avis que la justice est manipulée dans ce pays pour écarter des candidats et mettre le Sénégal dans une situation de conflit. «Chose que nous n’allons pas accepter car le Conseil constitutionnel a accepté de jouer le jeu en voulant coute que coute éliminer Khalifa Sall, chose qui est illégale parce que cette institution, dans son dossier, nous a appris que Khalifa n’est pas électeur. On ne connait pas l’organe qui a prononcé la radiation de Khalifa Sall parce qu’au moment où je vous parle, il reste un électeur éligible », tonne-t-il. A l’en croire, pour être candidat, il ya un certain nombre de dossiers à déposer. « Notre mandataire a déposé ces neuf dossiers et le Conseil constitutionnel ne doit pas être à la place d’un prédicateur. Aujourd’hui, Khalifa Sall remplit toutes les conditions pour que sa candidature passe. Face à une loi injuste, nul n’est tenu d’obéir », peste-t-il. Bassirou Samb indique toutefois que cette liste est provisoire. «Il y a un combat juridique à mener et nos avocats vont le faire en déposant un recours. Tout ce que la loi nous donne comme possibilité, nous allons l’exploiter, mais il faut savoir que c’est aussi un combat politique », dit-il. Et de poursuivre : « Il faut qu’on s’organise pour répondre à l’attaque de Macky Sall et à ses provocations. Car lui, depuis le début du processus, n’a jamais reculé. C’est à nous, partisans de Khalifa et de Karim Wade, soucieux de l’avenir de notre pays, de nous remobiliser pour y faire face. Mamadou Diop est mort sur le théâtre des opérations comme d’autres Sénégalais sont tombés pour notre démocratie. S’il faut y mettre notre vie, il le faut car si on laisse faire, on sera dans une situation dans laquelle personne ne pourra rien faire ». Ngoya NDIAYE

In the Spotlight

Les USA volent le pétrole syrien (Vidéo)

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Les Etats-Unis seraient en train de dérober le pétrole syrien depuis la province de Deir Ezzor. C’est ce qu’a révélé l’agence syrienne Arabi Today, à la foi d’un membre des Forces démocratique syriennes (FDS), cette [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*