AFROBASKET FEMININ 2013 (_ DE FINALE) : SENEGAL-MALI, A 18H 15 Un saut décisif vers le titre

Sénégal- Mali ! C’est assurément l’affiche phare des quarts de finale de l’Afrobasket féminin  qui débute ce vendredi 27 septembre à Maputo. Ce derby régional s’annonce encore âpre au vu de la rivalité qui oppose ces deux formations dans le basketball surtout depuis le sacre continental des Aigles en 2007 à Dakar mais aussi de la revanche prise par les Lionnes en 2011 à Madagascar.LIONNE2_afrobasket2013

Les Lionnes abordent ce vendredi un virage crucial dans leur parcours à l’Afrobasket féminin. Elles affrontent en quart de finale les Aigles du Mali  dans une rencontre capitale dans la réalisation de leur objectif de reconquête du titre africain.
Un titre que les Palancas Negras d’Angola leur ont ravi à la dernière édition en 2011. Après les phases préliminaires durant lesquelles elles ont réussi un moment à survoler les débats avec des scores fleuves et enregistrer une large défaite contre la Mozambique, les Sénégalaises doivent s’attendre à une forte adversité dans ce match couperet.

Ce derby sous-régional ne va en rien différer aux deux finales que Lionnes et Aigles ont disputé dans un passé récent et qui traduisent la forte rivalité entre les deux pays dans le basketball continental.
D’abord lors de la finale de 2007 à l’issue de laquelle, Hamchetou Maïga et sa bande étaient  parvenues à arracher le trophée des mains des  Lionnes dans leur propre antre de Marius Ndiaye.

Il s’agit ensuite de la finale de 2011 à Madagascar lorsque Aya Traoré et autre Awa Guéye empochaient le 10e  sacre du Sénégal en prenant leur revanche  sur les Aigles du Mali.

Ces deux finales, encore dans l’esprit des  joueuses, vont planer sur cette rencontre des quarts de finales.  Mame Marie Sy,  Astou Traoré, Aya Traoré, Ndèye Sène et le team sénégalais savent que  cette confrontation à élimination directe, sera nettement différente de toutes les rencontres disputées jusque-là.

C’est pourquoi, la concentration, la bonne rigueur défensive et surtout la bonne organisation sur les phases offensives devraient être de mises pour franchir le cap malien et intégrer le carré d’As.

Pour avoir toujours réussi à monter au pied du podium continental durant les quatre dernières éditions, cette équipe du Mali est en effet d’un autre calibre. Portée par Meiya Tirera, Kankou Coulibaly, Fatoumata Bagayoko, Nassira Traoré et autre Djéné Diawara, l’équipe malienne avait terminé la première phase,  à la 3e place de la poule B avec à la clé  un match référence livrée contre l’Angola.

Une rencontre durant laquelle,  elles ont fait jeu égal avec les championnes d’Afrique en titre avant de s’incliner sur le fil après les prolongations (67-66).

Quoiqu’il en soit, l’enjeu de cette rencontre de quart de finale sera de taille puisqu’il s’agit de se hisser dans le dernier carré et espérer figurer sur le podium de la compétition et de se qualifier pour le prochain Mondial.

Les finalistes de cet Afrobasket dames 2013 seront qualifiées pour le Championnat du monde 2014 prévu du 27 septembre au 5 octobre en Turquie.

REACTIONS… REACTIONS… REACTIONS
Pape Moussa Touré liste les maux du basket africain

Les équipes africaines peinent à rivaliser avec les meilleures équipes mondiales, du fait principalement de leur incapacité à comprendre le jeu, un handicap amplifié par les carences techniques et le manque d’adresse, a jugé l’entraîneur des «Lionnes» Pape Moussa Touré. ‘’Le grand problème du basket-ball africain, c’est la technique et l’adresse. Le plus grand problème demeure la compréhension du jeu. C’est ce qui nous différencie des Européens et des Américains’’, a dit Pape Moussa Touré, dans un entretien avec l’envoyé spécial de l’APS. Selon le sélectionneur sénégalais, les basketteurs africains ne ‘’comprennent pas le jeu, ne savent pas lire les angles de passe – quand il y a pénétration – et les possibilités de passe, entre autres’’.  ‘’C’est cela notre problème. Si nous parvenons à le régler, ce sera un grand pas (vers l’essor du basket africain). Il y a certains pays qui l’ont compris. Si on développe cette compréhension, plus l’aspect technique, nous serons intenables’’, a expliqué l’ancien entraîneur de l’équipe nationale féminine de la Tunisie.
Invité à faire un bilan d’étape du niveau technique de l’Afrobasket féminin en cours à Maputo (Mozambique), le technicien sénégalais a évoqué trois catégories d’équipe. ‘’Il y a des équipes qui sont bien organisées, dont les joueuses sont techniques et adroites en même temps qu’elles sont dotées d’une bonne compréhension du basket’’, a-t-il dit. ‘’Par contre, a poursuivi Pape Moussa Touré, d’autres équipes physiquement sont plus faibles et une troisième catégorie représente les équipes qui doivent beaucoup travailler sur le jeu et la compréhension du basket’’.
Instructeur de la FIBA niveau III, Pape Moussa Touré est professeur d’éducation physique de formation, option basket. L’ancien coach du Saint-Louis basket club (SLBC) fut l’adjoint des entraîneurs nationaux Magatte Diop et Ousseynou Ndiaga Diop ainsi que du Yougoslave Miodrag Marjanovic (2000-2003).
Après avoir subi des sessions de renforcement aux Etats-Unis, il s’est installé en Tunisie, où il a servi comme Directeur technique national de l’école fédérale, puis au poste d’entraîneur de l’équipe nationale féminine (2007-2011). Le sélectionneur sénégalais est l’actuel entraîneur du Stade de Nabeul, troisième du championnat masculin tunisien et finaliste de la Coupe nationale.

Oumoul Khaïry Thiam, ailière des «Lionnes»

«Nous allons tirer les enseignements de notre défaite»
La défaite concédée par le Sénégal devant le Mozambique va permettre de tirer les enseignements, avant la phase décisive des quarts et demi-finales de l’Afrobasket féminin, a estimé l’ailière des Lionnes, Oumoul Khaïry Thiam, rapporte l’APS.
”C’était un bon match. Ce n’est pas un match de qualification. Nous allons tirer les enseignements pour aborder les phases de finale”, a-t-elle dit mercredi en conférence de presse.
Insistant sur le fait que ce n’était pas un match d’élimination, elle a affirmé qu’il va néanmoins permettre à l’équipe sénégalaise de savoir ce qui ne va pas avant les phases décisives.
L’équipe nationale féminine a trébuché pour la première fois depuis le début l’Afrobasket féminin, en s’inclinant (77-61) devant le Mozambique lors de la cinquième et dernière journée de la poule A.
Selon Oumoul Khaïry Thiam, l’équipe va tirer les conséquences liées à cette défaite, pour mieux aborder la deuxième phase du tournoi.
”Le Sénégal est une grande équipe, avec des joueuses professionnelles, avec un encadrement technique très solide. Nous allons tirer les enseignements. C’est un championnat, nous savions que ça n’allait pas être facile”, a-t-elle indiqué.
”[…] C’est un match de poule, un match de classement. Nous allons nous regrouper pour parler des points à améliorer avant d’attaquer les phases finales”, a ajouté Oumoul Khaïry Thiam.
Selon elle, les «Lionnes» voulaient remporter le match pour Mame Diodiou Diouf, leur meneuse, blessée au cours du match.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*