Al-Qaïda en Syrie a été protégé par Obama et Hollande

al-qaidaLe Canard enchaîné revient encore dans son édition du 23 novembre, dans un article intitulé : « Trump et Fillon interlocuteurs de Poutine ? » sur le soutien apporté aux terroristes d’Al-Qaïda par les administrations de Barak Obama et de François Hollande.

Certes, depuis l’élection de Trump qui a promis de lutter avec les Russes contre le terrorisme en Syrie, les administrations étasuniennes et britanniques ont juste commencé de brèves frappes contre le groupe terroriste d’Al-Nosra affilié à Al-Qaïda et ont établi une “kill list” pour se débarrasser de tous les leaders de groupe terroriste qui fut soutenu par la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël ainsi que leurs alliés du Golfe et de la Turquie.

Ces faits nous les évoquons depuis presque trois ans – (lire ici notre billet de 2013 sur le risque d’effet boomerang en France d’une telle politique) – et relèvent de complicité de crimes contre l’humanité puisque ce groupe (rebaptisé récemment Jabhat Fatah Al-Sham pour les besoins de la cause étasunienne et israélienne en Syrie) a commis de nombreux massacres, décapitations et autres exactions posant la question du jugement des leaders Obama, Cameron, Hollande et Netanyahu devant un tribunal international.

Comme si en France et en Occident, ils pouvaient être considérés comme “terroristes” de par leurs crimes de masse sur leurs populations et en Syrie comme des “rebelles” alors que l’on sait qu’Al-Nosra et l’Etat islamique œuvrent de concert contre les forces gouvernementales syriennes à Alep. La question est de savoir qui a produit le terrorisme de la Libye à la Syrie pour les besoins de la cause impérialiste ? Les groupes Al-Nosra et l’Etat islamique ont ils été les tirailleurs de l’impérialisme atlantiste et israélien en Syrie ?

Extrait de l’article “Trump et Fillon futurs interlocuteurs de Poutine ?” (Canard enchaîné, 23.11.16)

Al-Quaïda trop épargné

Au début de la guerre, Poutine se contentait d’armer et conseiller Bachar, mais, en septembre 2015, il est plus brutalement entré en guerre. Furieux de constater que le Front Al-Nosra s’apprêtait à foncer sur Damas, avec l’accord tacite des Américains et des Français, qui ne bombardaient jamais cette filiale d’Al-Quaïda, Poutine a envoyé une cinquantaine d’avions sauver son protégé…

In the Spotlight

Les vraies raisons pour lesquelles Trump quitte l’UNESCO

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

À première vue, la décision prise la semaine dernière par l’administration Trump, immédiatement suivie par Israël, de démissionner de l’agence culturelle des Nations Unies semble étrange. Pourquoi pénaliser un organisme qui promeut l’eau potable, l’alphabétisation, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*