Algérie 3 ans de prison pour un journaliste jugé pour blasphème et atteinte au Prophète

PrisonTrois ans de prison ferme, c’est ce que risque l’ancien rédacteur en chef du quotidien national El Jomhouria, Mohamed Chergui qui comparaissait hier mardi devant le tribunal d’Oran. Il est retenu contre lui des charges de blasphème et d’atteinte au Prophète Mohamed.

L’homme reconnait les faits mais se défend de n’avoir pas été l’auteur direct de l’article incriminé. Il dit avoir récupéré cet article, portant sur la thématique des mots employés dans le Coran qui ne sont pas d’origine arabe, sur Internet.

Fort malheureusement, pour lui, il n’a pas pu détecter une coquille qui s’y est glissée. Ce qui est d’ailleurs le cas d’autres responsables de la rédaction (les deux rédacteurs en chef adjoints, la rédactrice en chef principale et correcteurs) qui étaient également habilité à corriger les articles avant l’impression du journal.

Chose extraordinaire, face à Mohamed Chergui, il y avait le directeur général, Bouziane Benachour, l’actuelle rédactrice en chef et de trois autres journalistes du quotidien national, qui faisaient office de témoin contre leur collègue.

Ainsi, régissant à une question du juge, embarrassante sera la réponse du Directeur général, qui indiquait seulement que “dès son installation, des instructions lui ont été données pour se débarrasser de ce red-chef”.

En tout cas la défense a plaidé non coupable et le délibéré est attendu pour se fixer sur le sort de cet ancien rédacteur en chef que l’on présente comme un ancien professeur d’université, une figure parmi les journalistes les plus sérieux de l’Algérie, et dont on ne saurait remettre en cause ses profonds sentiments religieux.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*