October 21, 2017
News Ticker

Allemagne : Angela Merkel sort renforcée du débat télévisé face à Martin Shulz

Les deux favoris des élections du 24 septembre pour briguer la chancellerie n’ont formulé presque aucun désaccord lors de cet exercice très formaté.

Fond bleu pâle pour le studio d’Adelshof dans le sud de Berlin, veste bleue pour la chancelière, cravate assortie pour Martin Schulz et un format très corseté interdisant tout dérapage dans le ton ou le contenu des interventions…  Le débat télévisé de dimanche soir sur les quatre principales chaînes de télévision allemandes n’aura sans doute pas permis aux 46% d’indécis parmi les électeurs allemands de progresser dans leur choix en vue du scrutin du 24 septembre.«En fait, je n’ai pas vu de débat, cette heure et demie de discussion était comme un spot de publicité pour la grande coalition», a tranché en fin d’émission une éditorialiste du magazine Der Spiegel. «Quantité de sujets vraiment intéressants pour les électeurs, comme l’éducation n’ont pas du tout été abordés», déplorait pour sa part l’ancien président du SPD, Franz Müntefering.

Pas d’adhésion de la Turquie à l’UE

Le seul temps fort du débat a porté sur la politique étrangère, lorsque Angela Merkel a assuré vouloir mettre fin aux négociations en vue d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne. «Il est clair que la Turquie ne doit pas devenir un membre de l’Union européenne», a insisté la chancelière, ajoutant vouloir «discuter avec (ses) collègues» de l’Union européenne «pour voir si nous pouvons parvenir à une position commune sur ce point et si nous pouvons mettre fin aux négociations d’adhésion». «Je ne vois pas l’adhésion arriver et je n’ai jamais cru que cela puisse survenir», a-t-elle ajouté.

Les téléspectateurs interrogés dans le courant de l’émission par l’institut Infratest-dimap ont trouvé Martin Schulz plus agressif (87%) qu’Angela Merkel (5%), mais la chancelière plus convaincante (55%) que son challenger (35%) et largement plus compétente (59%) que lui (18%). Parmi les indécis, 48% ont trouvé la chancelière plus convaincante que l’ancien président du parlement européen (36%). Au final, le président du SPD n’a convaincu que par sa proximité avec les petites gens (55% des personnes interrogées à l’issue du duel l’ont trouvé plus proche des gens, contre 24% pour Angela Merkel).

Pas de véritable désaccord

Le débat était présenté comme l’occasion de la dernière chance pour Martin Schulz, dont le parti social-démocrate est largement distancé par les chrétiens-démocrates dans les sondages. Le SPD n’est crédité que de 22% des intentions de vote contre 38% à la CDU. Angela Merkel participait à son troisième duel télévisé. Jamais elle n’était sortie si clairement gagnante face à son adversaire que dimanche soir. En 2005 elle avait eu le plus grand mal à contrer les attaques de Gerhard Schröder. En 2009, le Social-démocrate Peer Steinbrück était parvenu à la désarçonner sur certaines questions budgétaires.

A aucun moment dimanche, les deux protagonistes n’ont semblé non plus en véritable désaccord sur le fond. La position de Martin Schulz était d’autant plus inconfortable que le SPD est associé au gouvernement Merkel en tant que petit partenaire de coalition. Il était dès lors aisé pour la chancelière de rappeler à chacune des timides attaques de son challenger que le parti qu’il dirige a soutenu chacune des mesures adoptées par son gouvernement.

Nathalie Versieux correspondante à Berlin – Libération

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close