Alliance pour la majorité Présidentielle Les futurs alliés de Macky affutent leurs armes chez Ouattara

Le chef de l’Etat, Macky Sall, par ailleurs, leader de l’Apr, mène un combat d’avant-garde pour anticiper macky salll’implosion de Benno Bokk Yakaar. La capitale ivoirienne a abrité les travaux de mise en place de l’Alliance pour la majorité présidentielle, afin d’éviter un Benno Bokk Yakaar bis, au bord de l’implosion, parce que dépourvue de cadre de concertation et d’un programme commun crédible.

Sachant que ses alliés les plus en vue de la grande coalition présidentielle (parti socialiste, Afp, pour ne citer que ceux là) qui lui ont permis de défaire Wade en 2012, seront tous candidats à sa succession en 2017, le leader de l’Apr s’est mis à l’évidence qu’il aura du pain sur la planche pour remporter haut la main la présidentielle de 2017. Ainsi, mesurant à juste valeur le poids électoral de ses alliés, mise-t-il sur une alternative à Benno Bokk Yakaar : l’Alliance pour la majorité présidentielle.

Audiences tous azimuts

La mise en place de cette alliance a motivé des audiences que le chef de l’Etat avait accordées, les semaines dernières, à Mbaye Jacques Diop, du Parti pour le Progrès et la Citoyenneté (PPC), Demba Dia, leader du Mouvement pour l’Action et la Citoyenneté (Mac) et Me Ousmane Séye, secrétaire général du Front Républicain (Fp). Toujours selon les mêmes sources, des leaders de partis politiques, en l’occurrence, Thierno Lô de l’Alliance pour la Paix et le Développement/Gëm Sa Bopp et Abdou Fall, leader du mouvement politique «Alternative Citoyenne Andou Nawlé», auraient donné leur accord de principe tacite d’adhérer à cette alliance, sans pour autant être reçus au palais. Le chef de l’Etat a donné carte blanche à Me Ousmane Séye et à certains de ses plénipotentiaires pour aller en terre ivoirienne, tenir un conclave, loin des regards, notamment, de la presse qui n’a cessé d’épiloguer sur une éventuelle implosion de Benno Bokk Yakaar. L’avocat politicien a été désigné pour procéder à des consultations auprès de leaders politiques décidés à transhumer dans les prairies marron-beige. Au sortir de cette de cette rencontre, le chef de l’Etat veut se rassurer d’avoir une nouvelle majorité pouvant, non seulement, lui faire gagner le maximum de collectivités locales, mais surtout, remporter un second mandat.

Eviter un clone de Benno

Selon toujours nos sources au parfum de ce qui se passera chez Alassane Ouattara, il s’agira, lors de cette rencontre, de mettre sur place un cadre de concertation et un programme commun à tous les partis ou coalitions membres. La panacée pour le chef de l’Etat et ses alliés c’est d’éviter à l’Alliance pour la majorité présidentielle les mêmes travers que Bby. «Cette alliance n’a ni cadre de concertation, ni programme, encore moins de structure crédible, capable d’aplanir les divergences et de proposer des perspectives», précisent nos sources, selon qui, Macky Sall veut être réconforté qu’aucun des membres de cette alliance ne se dressera contre lui soit aux locales, soit à la Présidentielle de 2017. Pour l’heure, aucune information sur la date de cette rencontre, mais la mise en place d’une alternative politique à Bby dont l’implosion est imminente, est fortement attendue par les concernés. Les départs de Idrissa Seck, Youssou Ndour, Jacques Diouf et Me Doudou Ndoye en sont assez éloquents.

Sekou Dianko DIATTA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*