Alpha Condé appelle l’Afrique à prendre en charge sa propre sécurité

En séjour à N’Djaména au Tchad où se déroule le Forum panafricain de la jeunesse, le président guinéen a plaidé pour que l’Afrique prenne en charge la lutte contre les menaces sécuritaires. Le président en exercice de l’UA a de nouveau appelé les pays africains à s’engager davantage pour faire face au terrorisme sans attendre l’aide des puissances occidentales.

« L’Union africaine doit prendre en charge la lutte contre le terrorisme » a plaidé, mercredi à N’Djaména, le chef d’Etat guinéen Alpha Condé. Devant un parterre de jeunes venus des quatre coins du continent pour assister au Forum panafricain de la jeunesse, le président en exercice de l’UA a insisté sur la nécessité pour le continent d’œuvrer davantage à prendre en charge les multiples défis auxquels il est confronté, en premier lieu, la lutte contre le terrorisme.

Le plaidoyer du président guinéen n’est pas fortuit puisqu’il intervient dans un contexte marqué par la déception engendrée par la dernière résolution de l’ONU sur la force régionale mixte que comptait mettre sur pieds 5 pays africains membres du G5 Sahel pour faire face à l’amplification des menaces sécuritaires dans la sous-région et particulièrement au Mali. On se rappelle que la résolution portée par la France s’est heurtée à la réticence des Etats-Unis et de son allié britannique, lesquels ne voulait pas d’un mandat sous le chapitre 7 qui aurait donné pleins pouvoirs à la force pour agir. C’est plutôt une résolution à minima qui a été adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU, lequel a apporté son soutien à la force sans toutefois évoquer la question du financement, un préalable pourtant à la réussite de la mission.

Le président tchadien Idriss Déby Itno a d’ailleurs récemment menacé de retirer certains contingents de son armée engagés dans des opérations de lutte contre le terrorisme en Afrique, face au manque de soutien de la communauté internationale en faveur de son pays qui traverse une conjoncture économique des plus difficiles.

L’UA interpellée

Alpha Condé met ainsi donc l’Afrique au défi pour prendre en charge son propre destin et dans son discours à la tribune de l’ONU, il a estimé que c’est « aux africains d’assumer eux-mêmes ce combat » en référence à la situation qui prévaut au Mali. Le président en exercice de l’UA a justifié son appel au sursaut patriotique par le fait que la présence des casques bleus de la MINUSMA « n’a pas donné de résultats » comme en témoigne la recrudescence des attaques ces derniers mois au Mali mais aussi dans les pays voisins notamment au Burkina et au Niger.

« Seuls les peuples africain doivent décider de ce qui se passe en Afrique, pas les européens ». Alpha Condé

L’appel de Condé sera certainement au menu du prochain sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA la semaine prochaine à Addis Abeba. En plus des questions liées au développement du continent, le contexte sécuritaire sera au centre des discussions entre les leaders africains.

D’autant plus que ces derniers ne peuvent plus compter davantage sur le soutien des pays occidentaux et même de l’ONU avec la cure d’austérité que viennent d’imposer les Etats-Unis au budget des opérations de la paix notamment en Afrique.

Il reste à attendre la décision que prendra l’UA lors de son prochain sommet, lequel va se pencher également sur la problématique du financement de l’organisation continentale. Jusque-là en effet, les pays africains ne sont pas parvenus à jeter les bases d’une défense commune et les mécanismes adoptés comme la Force africaine en attente (FAA) où celle d’intervention rapide en cas de crise (CARIC) sont restés au stade des bonnes intentions alors que sur le terrain la situation impose une action commune.

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*