Alpha Condé aux étudiants guinéens : « on va vous redresser »

Alpha Condé aux étudiants guinéens : « on va vous redresser »

Lors du lancement ce jeudi 1er juin, des travaux du premier Forum de l’étudiant guinéen, le président Alpha Condé a piqué une colère noire contre des étudiants qui lui réclamaient de nouveau «leurs tablettes».

Fâché, le chef de l’Etat n’a pas mâché ses mots les concernant.

Cette fois-ci, le président n’a pas su gérer son émotion face aux étudiants qui l’accueillaient de nouveau avec le refrain «Tablettes!  Tablettes!».

Cette revendication, censée rappeler au président sa promesse de doter chaque étudiant guinéen d’une tablette, a déclenché une réplique violente. «Ceux qui ont crié sont mal élevés. Vous n’êtes pas le reflet des étudiants guinéens. Vous n’êtes que de petits étudiants excités», a affirmé le chef d’Etat tandis qu’il continuait d’être hué par une partie des étudiants massivement mobilisés au Palais du peuple de Conakry où s’est ouvert le Forum de l’étudiant guinéen.

«Mais on va vous redresser», a menacé le président Condé, qui a aussi qualifié d’indigne de l’histoire panafricaine tous ceux qui l’ont hué en présence de personnalités étrangères venues d’Afrique et d’ailleurs.

Parole de colère ou véritable révélation? Alpha Condé a indiqué avoir ordonné à son ministre de l’Enseignement supérieur de suspendre la réalisation de l’initiative présidentielle «Un étudiant, une tablette» jusqu’à nouvel ordre. «Même aux États-Unis, on ne distribue pas des tablettes aux étudiants. Ce n’est pas un droit. J’ai été étudiant syndicaliste avant vous», a lancé le président Alpha Condé à l’endroit des étudiants.

Pourtant, en mars dernier, le ministre des Télécommunications et de l’économie numérique, Moustapha Mamy Diaby, avait indiqué que le projet était en passe d’être réalisé, deux ans après la promesse du président en pleine campagne électorale.

«La commande ferme a été lancée. On donnera tous les détails concernant les guichets où les étudiants pourront recueillir ces tablettes», avait assuré le ministre Diaby, alors qu’il annonçait la deuxième édition de la Semaine nationale de l’entrepreneuriat dans le numérique. Le ministre avait quand même précisé: «les tablettes ne sont pas gratuites, elles seront distribuées aux étudiants guinéens à crédit».

«Les étudiants savent que ces tablettes ne seront jamais gratuites, mais on sait quand même que les autorités avaient dit qu’elles accorderaient des facilités de remboursement aux étudiants. Le problème c’est qu’on ne voit même pas [arriver] lesdites tablettes», réplique Alpha Oumar Baldé aux propos du président de la République.

La première fois que le président Alpha Condé a été interpellé sur le sujet, c’était en janvier dernier. Condé n’avait apparemment pas été bien avisé de se rendre dans l’enceinte de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry pour y procéder au lancement officiel des cybercentres dans les établissements d’enseignement supérieur et professionnel. Il avait été accueilli au son de «Prési nos tablettes! Prési nos tablettes!»

Face à cette première réclamation, le président guinéen avait su trouver l’argument pour calmer les étudiants. «Si vous devez avoir accès aux nouvelles technologies, votre frère ou votre sœur qui est à Yomou ou Kankan (des villes en province) doit avoir les mêmes avantages que vous. C’est pourquoi, il ne s’agit pas d’avoir des tablettes pour les étudiants de Conakry, mais pour tous les jeunes Guinéens afin que chacun puisse avoir accès à la connaissance», avait alors expliqué Alpha Condé avec le sourire. Il faut croire que ce discours n’avait pas réussi à convaincre totalement les étudiants.

le360 afrique

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*