Amadou Bâ : “De grâce, arrêtons ce débat sur la dette”

Le Budget 2018 du Sénégal, arrêté à 3709,10 milliards de francs Cfa, a été voté ce samedi par les députés. Mais, à l’Assemblée nationale, la dette qui grossit de plus en plus, était au cœur des débats. Ce qui a poussé le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, à répondre énergiquement.

“Au Sénégal, parfois on parle de choses qu’on ignore”
“Il a beaucoup été question de dette ce matin. Le Sénégal est un pays assez particulier qui, en fonction, peut-être du climat, on est spécialiste de tout, on parle de tout et malheureusement  parfois on parle de choses qu’on ignore. La dette est une chose  tout à fait normale. Il n’y a aucun pays au monde qui ne s’endette pas. L’évaluation commence quand on parle de surendettement”, a lancé Amadou Ba aux députés de l’opposition qui ont, pour la plupart, évoqué cette question.

Pour rassurer l’opinion, l’argentier de l’Etat explique que “dans la zone Cedeao, le Sénégal est le seul pays à risque de surendettement faible, mais est-ce que pour autant les autres pays sont mal gérés ? Est-ce que  pour autant  dans ces pays-là il y a ce débat ?”, demande-t-il aux députés. “En Afrique, on n’a que 5 pays qui ont un risque de surendettement faible. De grâce, arrêtons ce débat sur la dette”, a martelé le ministre, face aux députés.

“Le Sénégal n’est pas surendetté”
Il assure que “le Sénégal n’est pas surendetté, il ne s’endette pas comme il l’entend et emprunte pour mettre en œuvre une vision”. L’ensemble des indicateurs utilisés par les institutions internationales et les agences de notation comme Moody’s sont respectés par notre pays. Mais, il assure que cela n’empêchera pas le gouvernement à être encore plus prudent.

À ceux  qui ont déclaré que l’argent issus de la dette est mal utilisé par l’Etat, le ministre des Finances dément: “Est-ce que les ressources collectées sont utilisées pour des dépenses utiles, oui. Nous avons été à Paris,  sous l’égide du Président, Macky Sall. Nous avons démontré que la mise en œuvre du Pse permettrait  d’avoir une croissance supérieure à 6%. Cette année,  la croissance est projetée à 6.8% et nous sommes  presque sûrs que nous l’atteindrons cette année”, assure-t-il.

Youssoupha Sane Seneweb

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*