Amnesty va saisir la Cour Suprême pour l’abrogation de l’arrêté Ousmane Ngom

En vigueur depuis juillet 2011, l’arrêté Ousmane Ngom est au cœur des débats 7 ans après. L’ancienne opposition (actuellement au pouvoir) qui le honnissait hier, le bénit aujourd’hui. Une situation désastreuse qu’Amnesty international compte mettre fin. Seydi Gassama et Cie ont décidé d’attaquer l’arrêté devant la Cour Suprême.
« Cet arrêté constitue une violation totale des droits constitutionnels des Sénégalais. C’est la Constitution qui proclame le droit de manifester. Cette liberté est contenue aussi dans beaucoup de traités que le Sénégal a ratifiés. C’est une liberté que la Constitution a garantie. On ne doit restreindre ces libertés que dans des situations exceptionnelles » estime Seydi Gassama.
Le secrétaire général d’Amnesty international pense que l’arrêté doit être abrogé. Il annonce d’ailleurs que la Cour Suprême sera bientôt saisie à ce propos. «Au niveau de la Société civile, nous avons mené la réflexion et nous avons chargé nos avocats de mener les recours qu’il faut pour abroger cet arrêté. Très bientôt nous allons saisir la juridiction compétente avec tous les arguments de droit qu’il faut pour obtenir l’abrogation de cet arrêté. Si la Cour suprême est courageuse et dit le droit, nous obtiendrons son abrogation. D’ici à la semaine prochaine, au plus tard, nous allons saisir la Cour suprême » soutient Seydi Gassama.

In the Spotlight

Egypte: Les gilets jaunes désormais interdits

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le gouvernement égyptien semble terrifié et tétanisé par la crise des Gilets Jaunes en France au point où il a ordonné des restrictions draconiennes concernant l’importation, la confection, la vente et l’usage de gilets jaunes [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*