ANNEE SCOLAIRE 2017-2018 : Serigne Mbaye THIAM manque «sa» rentrée

ANNEE SCOLAIRE 2017-2018 : Serigne Mbaye THIAM manque «sa» rentrée  

Les évènements ont donné raison à ceux qui considèrent le slogan Uby Tey Jang Tey  comme une chimère. Dans la capitale, plusieurs établissements n’ont pas démarré les cours, hier, jour de rentrée des classes. Les élèves sont plutôt préoccupés par les formalités d’inscription, d’autres, par contre, ont brillé par leur absence.

 La rentrée scolaire 2017-2018 est effective, depuis hier, sur l’étendue du territoire. Dans plusieurs établissements de la capitale visités, les élèves n’ont pas répondu en masse à l’appel. Dans les classes pourtant ouvertes, les tableaux n’ont pas encore reçu un coup de craie au niveau des écoles et collèges. Au lycée Seydou Nourou Tall, toutes les classes sont vides. L’ambiance est au rendez-vous, mais pas les salles de classe qui ne sont pas animées. Aucun professeur ne fait cours. A côté, les travaux de réfection se poursuivent toujours. Ici, le slogan Ubi Tey Jang Tey n’est pas une réalité.

«Nous en sommes aux derniers réglages, les cours n’ont pas démarré comme vous le voyez. Mais bientôt, nous allons terminer et d’ici la semaine prochaine, nous espérons pouvoir commencer le programme», lance M. Ndiaye, professeur d’anglais dans ce lycée. Autre établissement, même constat. Au lycée Blaise Diagne, beaucoup d’élèves n’ont même pas effectué le déplacement, en ce jour d’ouverture des classes. Ici, presque toutes les salles sont fermées, seules quelques pièces sont ouvertes, mais elles n’ont pas encore reçu un coup de balai. La poussière et les ordures campent le décor. Assis sur un banc faisant face au bureau de l’Administration, Hamet Diop, élève en classe de Terminal, s’en désole : «Je suis là depuis 8 heures, mais on n’a pas fait cours. Les salles sont fermées. Je n’ai même pas reçu mon emploi du temps. Il y a beaucoup d’élèves qui sont en train de récupérer leurs bulletins du second semestre. Je ne pense pas qu’on va démarrer les cours très tôt avec cette situation».

Située sur l’avenue Cheikh Anta Diop de Dakar, l’école élémentaire «Les Manguiers» ne fait pas exception à la règle. Les cours n’ont pas pu démarrer, hier, lors de notre passage. Tous les élèves sont dans la cour. Le slogan Uby Tey Jang Tey n’est pas de mise dans cette école primaire. Certaines salles sont impraticables, avec des table-bancs qui méritent quelques réfections. Cap sur le Cem Hlm Grand-Yoff où la situation est peu reluisante. Dans cet établissement, le nouveau bâtiment qui est en construction devant abriter certaines salles de classe est toujours en chantier. Les ouvriers sont à pied d’œuvre. Même les enseignements n’ont pu s’acquitter de leurs obligations professionnelles. Pas même prise de contact entre élèves et professeurs. Certains potaches commençaient déjà à rentrer, en attendant d’avoir leur emploi du temps, ce mardi. «Nous avons voulu démarrer les cours, aujourd’hui, mais ce bâtiment qui est en chantier, depuis les grandes vacances, nous pose problème. Il doit abriter beaucoup de classes de Troisième et de Quatrième. Il nous faut encore quelques jours le temps que les maçons finissent le travail, pour pouvoir commencer les cours. Tous les professeurs sont là présents», indique le principal du collège.

Mamadou Samba BARRY

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*