APR : le leadership «réglé» à coups de poing à Ziguinchor

APR : le leadership «réglé» à coups de poing à Ziguinchor

On les savait divisé. Mais, de là à régler leurs contradictions à coups de poing, il y a un pas que les apéristes de Ziguinchor ont franchi hier en transformant une assemblée en arène générale.

L’Apr à Ziguinchor est loin, très loin même de trouver une solution à la crise de leadership qui la secoue depuis des années maintenant. Hier, les camarades du président Macky Sall ont donné la preuve de leur incapacité à s’entendre même le temps d’une assemblée générale.

Celle d’hier convoquée au siège départemental du parti a été un moment privilégié pour que les apéristes de la capitale du sud donnent la preuve qu’ils méritent bien leur sobriquet «armée mexicaine». Le rendez-vous qui devait être un moment de réflexion et de propositions en direction des élections législatives de juin prochain s’est vite transformé en bataille rangée.

Déjà, les ingrédients d’un tel scénario étaient en place. Chaque leader était venu avec son groupe pour montrer son poids. Il s’était finalement agi d’un moment de démonstration de force pour les uns comme pour les autres.

Très vite, les nerfs se sont tendus et les hostilités ont démarré. Pendant une bonne heure, les jeunes des différents camps se sont affrontés violement dans une ambiance indescriptible et un désordre total sous l’œil de leurs leaders dont Benoît Sambou, Aminata Angélique Manga, Amy Tamba et Mamadou Barry.

Les coups de poing allaient dans tous les sens, les chaises partaient dans toutes les directions. Bref, le siège départemental de l’Apr sis à la rue Insa Ndiaye s’est transformé en ring pour catcheurs.

Du coup, l’assemblée générale convoquée par le patron de l’Apr à Ziguinchor, Benoît Sambou se termine avant même de démarrer. Vint alors l’heure des explications pour tenter de situer les responsabilités. Pour les militants hostiles à Benoît Sambou, ce dernier est à l’origine de ce chaos pour avoir interdit l’accès à certains leaders comme Aminata Angélique Manga et Amy Tamba.

Ces deux leaders sont soutenus dans leur «rébellion» par le directeur générale de l’agence nationale des éco-villages. Mamadou Barry a regretté cette attitude qui vise «des combattantes de l’Apr fortement engagées dans la lutte pour le triomphe du parti et du président Macky Sall». D’ailleurs, les deux dames ont décidé de se battre pour faire respecter leurs droits.

Faux, a rétorqué Benoit Sambou qui semble avoir été surpris par l’attitude de ses camarades. Pour lui, la convocation de cette réunion répond à cette volonté d’élargir les bases du parti, de créer l’unité et de réfléchir sur les stratégies pour une victoire aux prochaines législatives.

D’ailleurs, informe-t-il pour justifier son regret, «aujourd’hui, on devait recevoir des militants d’autres partis qui sont venus nous rejoindre. Tout le monde a été convié, y compris les mouvements qui veulent accompagner l’action du président Macky Sall». Le patron de l’Apr se désole du spectacle que les autres leaders ont offert à l’opinion et qui n’honore pas l’Apr.

C’est pourquoi il invite la direction du parti à prendre ses responsabilités face à de tels comportements. Pour sa part, le patron de l’Apr à Ziguinchor envisage d’organiser une autre assemblée générale. «Mais, cette fois-ci, ça ne se passera pas comme ça», menace-t-il.

En attendant, l’Apr continuera encore de gérer ses contradictions à Ziguinchor avec des leaders aux humeurs belliqueuses qui ne semblent pas prêts à s’accepter. Une attitude à l’origine de leurs débâcles électorales face à une union centriste du Sénégal (Ucs) pourtant grippée dans la capitale du sud.

Mamadou Papo MANE  

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*