APR/MARSEILLE : UNE GUERRE DES COMMUNIQUES ANNONCIATRICE D’UNE DEFAITE PAR KO

C’est la preuve que la famille politique du président de la République ne transpire pas la forme à Marseille. Et ce n’est sans doute pas demain, qu’elle retrouvera une santé de fer. En effet, l’analyse du contenu latent des deux communiqués transmis par les deux sections rivales de la ville autorise cette affirmation. Tout commence le jeudi 27 septembre. Un document transmis à Infos15 par les partisans d’Antoine Mendy annonçait la suspension de la participation de la « section APR de Marseille » à la campagne de collecte de parrainages au profit de Macky Sall. Une façon pour les auteurs du communiqué d’exprimer publiquement le soutien de la section à l’un de ses ténors, en l’occurrence Antoine Mendy, rappelé à Dakar (en urgence, selon nos sources) par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. En précisant que c’est la « section APR de Marseille » qui avait pris la décision de geler sa participation à la campagne de collecte de signatures, les rédacteurs du communiqué laissaient entendre qu’ils ne reconnaissaient pas l’existence de la deuxième section, validée en août dernier. C’est aussi une stratégie maladroite pour montrer que leurs camarades de la cité phocéenne ont massivement adhéré à leur initiative.

Comme on pouvait s’y attendre, la réaction du patron de la nouvelle section ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué, Étienne Dieng dit Aldo s’est présenté comme le « coordonnateur de L’APR Marseille », ignorant à son tour, l’existence de la première. Ce n’est pas tout, le contenu de son texte, à l’en croire, engage les militants des deux entités. Ce qui peut, à l’évidence, paraître surprenant puisque la validation de sa section n’avait pas emporté l’adhésion des responsables de la première.
En se présentant comme le rassembleur des militants des deux sections dans cette affaire, donc le seul coordinateur capable de préserver les intérêts du président Sall à Marseille, Aldo montre toute sa volonté d’en tirer un avantage politique.
Cette guerre des communiqués est vraisemblablement annonciatrice d’une défaite par KO du candidat de BBY, à Marseille, lors de la présidentielle. Sauf si les responsables de la DSE/France trouvent les bons remèdes.
Cheikh Sidou SYLLA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*