Après la bourde de l’ancien ministre des Sports : Amath Suzanne Kamara réclame la tête de Mbagnick Ndiaye

Le Coordonnateur national adjoint du réseau des enseignants de l’Apr, Amath Suzanne Kama­ra, exige que le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, soit démis de ses fonctions.

Réagissant hier au bout du fil par rapport à  la bourde communicationnelle de  l’ancien ministre des Sports, lors de la cérémonie de passation de services avec Matar Bâ, disant : «Si nous sommes nommés ministres, c’est grâce à Marème (Faye Sall, l’épouse du Président Macky Sall)», M. Camara juge que maintenir Mbagnick Ndiaye au sein du gouvernement revient à donner du crédit à ses propos.

«Mbagnick Ndiaye doit être démis de ses fonctions. On doit l’exclure du gouvernement. On doit le démettre. C’est une bourde qu’il a faite. Le maintenir au gouvernement, c’est confirmer ses propos. Mais aussi c’est manquer de respect aux Sénégalais. Ce qu’il avance n’est pas la réalité, c’est faux !», note le Coordonnateur national adjoint du réseau des enseignants de l’Apr.

«Personne ne peut influencer Macky Sall. Son épouse a aidé à massifier le parti. Une fois que Macky Sall s’est retrouvé au pouvoir, elle s’est démarquée. Dire qu’elle influence Macky Sall, c’est lui faire un mauvais procès», tient-il à souligner. 

Balayant d’un revers de main les accusations disant que la Première dame est à l’origine du départ du Premier ministre, Mimi Touré, de la tête du gouvernement pour l’avoir combattue, Ahmath Suzanne Kamara estime que le limogeage de l’ancien Premier ministre relève de sa lourde défaite enregistrée à Grand Yoff lors des  dernières Locales. 

Parlant de Aliou Sall, frère du président de la République, qui brigue la mairie de Guédiawaye et Mansour Faye, frangin de Marème Faye Sall, nouveau maire de Saint-Louis, Amath Suzanne Kamara pense que ces derniers ont pratiqué la politique bien avant que le Président Sall ne se retrouve au pouvoir. Contrairement à Karim Wade qui, selon lui, a attendu l’arrivée de son père au pouvoir pour s’intéresser à la chose politique. «Karim Wade a été investi sur les listes à Dakar lors des élections locales de 2009, il n’a même pas gagné dans son bureau de vote», argue M. Kamara. 

  • Écrit par  Amadou MBODJI

amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*