Après ses accusations sur RFI: Gbagbo démonte les mensonges de Bourgi. Reste à savoir pourquoi Gbagbo donna le Port, l'eau, les Télecoms,l'électricité et même la fabrication des cartes d'électeurs aux Français.A-t-il été roulé dans sa Farine ?

Gbagbo_Bourgi-01Après ses accusations sur RFI: Gbagbo démonte les mensonges de Bourgi. Reste à savoir pourquoi Gbagbo donna le Port, l’eau, les Télecoms,l’électricité et même la fabrication des cartes d’électeurs aux Français.A-t-il été roulé dans sa Farine ?
« Ces gens n’ont peur d’aucune ignominie »
A Marcoussis, d’apres Christophe Notin, auteur de Le Crocodile et le Scorpion, un << officiel-officieux >> de la campagne militaire de Sarkozy a Cocody, Dominique de Villepin se serait autocongratule d’un << J’ai fait un coup genial, j’ai donne la Defense et l’Interieur aux rebelles qui vont donc etre obliges de se desarmer eux-memes. >> N’estce pas simplement du mepris a l’egard des Institutions ivoiriennes?
N’est-ce pas le refus de reconnaitre l’existence d’un gouvernement elu par le peuple ivoirien ? Notin y voit la une avancee. Mais en pretendant que cette tentative de coup de force obeissait a une intention acceptable, celle d’obliger les rebelles a desarmer,il reecrit l’histoire.

L’Etat français est entièrement mobilisé contre Gbagbo
En fait, il ne s’agit que de justifier a posteriori le role de la France dans ses mauvaises manieres a l’encontre d’un
Etat souverain. Historien du fait militaire, devenu le specialiste de la crise ivoirienne vue de l’Elysee, Jean-Christophe Notin a ete << encourage >> a s’interesser au dossier alors qu’il ne possedait, selon ses dires, aucune connaissance, ni aucune attirance particuliere pour l’affaire ivoirienne.
Or,son livre a reponse a tout. On lui a donne en haut lieu les fiches concoctees par le gouvernement et les autorites militaires francaises de l’epoque :sa page de remerciement est a cet egard edifiante. Y figurent au grand complet, comme autant de cosignataires fantomes,l’Etat-major de l’Elysee de Nicolas Sarkozy : de Claude Gueant a Jean-David Levitte,conseiller diplomatique, en passant par Andre Parant, le conseiller pour l’Afrique, le general Benoit Puga, chef d’Etat-major particulier du president de la Republique, et tous les membres du Quai d’Orsay, du Tresor public, de l’armee, etc., qui ont participe a l’offensive anti-Gbagbo.
Signe a la pointe de l’epee,<< un << S >> qui veut dire Sarkozy >> apparait en filigrane derriere le nom de l’auteur.
L’Etat francais est entierement mobilise, comme s’il s’agissait de la << Grande Guerre >>. Dans l’exaltation de ce recit epique,un officier de Licorne va meme jusqu’a comparer le courage de ses soldats, lors de l’assaut de la residence de Gbagbo, a celui des poilus de 1914 ! Une allusion incongrue,insultante pour le million et demi de morts francais de la Grande Guerre dont on celebre en 2014 le centenaire. Nos heros sont tous revenus saints et saufs de leur assaut d’Abidjan,en 2010. << Zero mort ! >>lance un officier, en fin d’operation.
Dans un plan de communication millimetre, cette epopee de la crise ivoirienne a ete visiblement concue en haut lieu, dans l’optique d’une victoire a l’election presidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 ;Justification a posteriori de l’intervention francaise, notamment militaire, explication des liens etroits tisses a cette occasion par les responsables francais civils et militaires avec les nouveaux maitres d’Abidjan, memoire de defense contre d’eventuelles poursuites judiciaires, mais surtout premiere veritable tentative de construction d’un recit global destine a asseoir les accusations portees contre le president Gbagbo a La Haye.

Le livre Le Crocodile et le Scorpion est tout cela a la fois.Abidjan meritait autrefois le surnom de << Petit Paris >>. La ville s’etend du boulevard Mitterand au pont Charles-de-Gaulle, du boulevard Valery-Giscard-d’Estaing, au boulevard Angoulvant ( un administrateur colonial francais),jusqu’a la commune de Port-Bouet ( le commandant Bouet-Villaumez fut envoye par le roi de France en 1837 pour negocier des accords avec des autorites locales).
La toponymie de la capitale est truffee de noms francais. On en rencontre partout, en zone 4 en particulier.
On comprend qu’un francais s’y sente un peu chez lui. Pendant ses dix annees a la presidence, Laurent Gbagbo n’a pas debaptise une seule rue, une seule place, un seul pont, pour en remplacer le nom, comme ce fut fait partout ailleurs apres les independances,par un nom africain.
Le noter au passage eut sans doute adouci le caractere anti-Francais volontairement prete a Gbagbo pour mieux le stigmatiser et le faire detester. On decouvre, en revanche, dans le livre de Notin au rang des << revelations >>, quelques enormites.A propos de Mamadou Koulibaly, il est raconte qu’il aurait voulu soudoyer les participants a la conference de Marcoussis. Ceux qui le connaissent et apprecient l’ancien president de l’Assemblee nationale, comme ceux qui le detestent, y compris dans l’entourage de Laurent Gbagbo,partent d’un meme rire inextinguible.

Car s’il est un defaut que l’ex-numero 2 de Gbagbo ne possede pas c’est le gout pour la combinazione. Mamadou Koulibaly, que je connais bien, voit dans tout compromis le risque d’une compromission. Cette intransigeance sur les valeurs republicaines, trop peu politicienne au gout de ses detracteurs, lui a d’ailleurs souvent ete reprochee Le procureur de La Haye,Fatou Bensouda, qui n’aura pas manque de lire Le Crocodile et le Scorpion, reconnaitra sans doute les pleins et delies de sa propre calligraphie du drame ivoirien. Jean-Christophe Notin met tout en oeuvre pour tenter de faire croire que Gbagbo etait un dictateur. Par consequent, l’auteur fait feu de tout bois.
Probleme : il n’a interroge aucun de ceux qui auraient donner a voir une autre realite que celle vehiculee par les officiels et les medias francais.Or, cette version de l’histoire a ete mise a mal depuis la chute de Gbagbo par les chercheurs,et surtout par l’equipe de defense du president Gbagbo, menee par l’avocat international Emmanuel Altit,a La Haye, devant la cour penale internationale.
Pour credibiliser sa these, Notin n’epargne aucun detail : reunions politiques secretes, commentaires d’officiels francais,mouvements de troupes. Toute la rhetorique se fonde sur un fourmillement de precisions concernant l’action sur le terrain,de 1993 a 2011. Comment mettre en doute le texte ou le nom et le prenom du moindre officier, la topographie des lieux, l’identification des materiels employes, le calendrier des dates, les heures des evenements sont si exactement consignes ?
Des informations habilement parsemees dans l’ouvrage visent a legitimer l’action francaise, afin de repondre point par point aux objections, et, en prime, a discrediter definitivement Laurent Gbagbo.
Dans l’exercice du portrait, Jean-Christophe Notin lache le clavier, et se met a la peinture au pistolet : << (…) tel Charlie Chaplin jouant avec un globe terrestre dans le Dictateur, le President actionne, lui, une << galaxie >>,dite patriotique, un ensemble d’associations de jeunes ivoiriens desoeuvres, auxquels ses discours colonialistes ont fait oublier leur misere. >> Mais parfois le discours presente des failles et la verite transparait.
Ainsi, quand Notin cite l’ambassadeur de France a Abidjan, Renaud Vignal (2001-2002) qui avait ecrit dans son rapport : << Nous disposons avec Gbagbo d’un des meilleurs chefs d’Etat que ce pays peut actuellement avoir. >> Allez comprendre… Laurent Gbagbo se souvient du revirement de l’ambassadeur.

Titre : AM

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*