Arabie Saoudite et liberté: 710 000 euros d'amende pour celui qui défend le Qatar

Riyad introduit une peine exemplaire contre tous ceux qui oseraient exprimer sur les réseaux sociaux leur soutien au Qatar voisin.

S’il y avait des sympathisants du Qatar en Arabie saoudite, on n’en entendra pour sûr plus parler: pour couper court à toute expression de soutien envers l’émirat voisin avec qui Riyad a rompu lundi ses relations diplomatiques, les autorités du royaume ont introduit des sanctions exemplaires.

Les Saoudiens qui oseront s’exprimer en faveur du Qatar ou contre son blocus économique écoperont de cinq ans de prison et d’une amende dont le montant s’élève à la bagatelle de trois millions de rials saoudiens (710 000 EUR).

Plus tôt, ce sont les Émirats arabes unis qui avaient menacé de punir d’une peine de prison allant de 3 à 15 ans et d’une amende de plus 100 000 dollars toute expression de soutien à Doha.

Le scandale diplomatique autour du Qatar a éclaté lundi dernier. Quatre pays — Bahreïn, l’Arabie saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis — ont annoncé le 5 juin rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar, expulser des diplomates et d’autres personnalités et suspendre des vols à destination de l’émirat gazier. Les quatre pays reprochent à Doha de « déstabiliser la situation en matière de sécurité » et de « soutenir le terrorisme », y compris les groupes terroristes Al-Qaïda et Daech au Yémen. Le chef de la diplomatie qatarie a déclaré que son pays ne prendrait pas de mesures en réaction à ce boycott. Dans les jours qui ont suivi, plusieurs autres pays ont emboîté le pas, dont les Maldives, Maurice et la Mauritanie. Le nombre de pays ayant rompu leurs liens diplomatiques avec ce pays du Golfe s’élève désormais à 10.

 

 

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*