Arabie saoudite: «MBS» s’acharne sur les militantes du droit de conduire

Si les Saoudiennes se précipitent dans les auto-écoles, six d’entre elles demeurent toujours emprisonnées pour avoir conduit avant le décret. Selon Amnesty International, certaines ont été torturées « de façon répétée ».

L’assassinat de Khashoggi, et le retentissement international qu’il a provoqué, ont fait qu’on les a oubliées dans la prison de Dahaban, à Djeddah, où elles croupissent depuis des mois. Leur crime est simplement d’avoir fait campagne pour que les Saoudiennes puissent conduire, ce que Mohammed ben Salmane, connu sous ses initiales MBS, leur a finalement accordé le 24 juin 2018. Mais à croire que c’est Ubu Roi qui dirige le royaume : ce droit de conduire s’est aussi traduit par l’embastillement des militantes qui se sont battues pour l’obtenir. L’une d’elles a même été arrêtée après le décret d’application. µ

mediapart.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*