Arrêt De La Traque Des Biens Mal Acquis, Classement Sans Suite Du Rapport De L’ofnac … Des Intellectuels De L’apr Interpellent Macky Sall

justiceLe Comité des intellectuels républicains pour le suivi des engagements et de la massification de l’Alliance pour la République (Cirsem) tire à boulets rouges sur son mentor, le président de l’Alliance pour la République et président de la République. Dans un communiqué transmis à sud quotidien, les membres de cette structure ont déploré les lenteurs constatés dans la conduite de certains dossiers, notamment celui de la traque des biens supposés mal acquis, et les conclusions de différents rapports des corps de contrôle de l’Etat et celle de l’Ofnac.

Les interrogations sur la réelle volonté du régime de Macky Sall à apporter des ruptures dans la gestion des affaires publiques gagnent le camp du pouvoir. Après l’opposition sénégalaise et une partie de l’opinion publique, c’est autour des partisans du président de la République, notamment les membres du Comité des Intellectuels Républicains pour le Suivi des Engagements et de la Massification de l’Alliance pour la République (Cirsem), de monter au créneau.

Dans un communiqué transmis à sud quotidien, Lassana Sidibé membre de la Convergence des cadres républicains par ailleurs coordonnateur du Cirsem et ses camarades ont déploré les lenteurs constatés dans la conduite de certains dossiers notamment celui de la traque des biens supposées mal acquis, des différents rapports des corps de contrôle de l’Etat et celui de l’Ofnac.

Dans ce document, les membres de Cirsem disent «constater un coup d’arrêt spectaculaire à la traque aux biens mal acquis, une demande sociale; du rapport de l’OFNAC , ainsi que des dossiers épinglés dans les différents rapports des corps de contrôle de l’Etat sur lesquels le Président Macky Sall dit avoir mis le coude».

Le Cirsem, note que «ce coup d’arrêt spectaculaire sans résultats significatifs, dans ces affaires qui a l’entame étaient une demande social, illustre le problème de l’égalité républicaine ; un objectif de vengeance, de chantage avec l’appareil d’Etat vis-à-vis d’adversaires politiciens ; les mêmes déceptions encore plus pathologiques aujourd’hui, malgré l’engagement dans le programme yonnu yokute pour une justice indépendante et moderne», déplore Lassana Sidibé et compagnie. Par ailleurs, les membres du Cirsem exhortent le Président Macky Sall à «aller jusqu’au bout dans le respect de ses engagements et de ne protéger personne pour que la justice puisse faire son travail».

sudonline.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*