Assane DIOUF, Nouvelle Star De Rebeuss

Les détenus de 100 m2 sont loin d’être en marge de l’actualité. Ce matin, ils ont, pour ceux qui étaient dans la cour, reconnu la longiligne silhouette du célèbre «insulteur public ».  

Et certains n’ont pas manqué de le faire remarquer. En effet, il nous revient de la Maison d’arrêt et de correction où Assane DIOUF séjourne depuis hier soir, que l’ancien modou modou a plus qu’attiré l’attention.  Tiré de son paisible secteur 4, pour les besoins de la prise d’empreintes et autres, Assane DIOUF, qui est passé tout près du terrain de la prison, a eu droit à des «vive Assane », « Jajeuf gor »… Des interpellations qui n’ont guère dérangé Assane DIOUF. Bien au contraire.  A chaque fois, nous renseigne-t-on, à défaut  de répondre de vive voix par des « jajeuf » appuyés, Assane a levé le pouce en signe de victoire.

Placé sous mandat de dépôt, hier mardi, par le Doyen des juges, Assane DIOUF est poursuivi pour injures à travers un système informatique, diffamation, trouble à l’ordre public, outrage à un ministre du culte. Une information judiciaire ouverte par le procureur de la République qui risque de maintenir «l’insulteur public » pour longtemps à Rebeuss, sans jugement.

Qui Est Ce Ministre Du Culte Qu’Assane DIOUF A « Outragé »

Arrêté la semaine dernière par la Division des investigations criminelles (DIC), Assane DIOUF a été placé sous mandat dépôt suite à une information judiciaire ouverte par le procureur de la République.

Sur la table du Doyen des juges, ce dernier a déposé un dossier plus que corsé. En effet, Assane DIOUF est «poursuivi pour injures à travers un système informatique, diffamation, trouble à l’ordre public, outrage à un ministre du culte ». Si les premiers chefs d’accusation semblent clairs, le dernier l’est moins. Un «ministre du culte » siégeant dans quel gouvernement, seraient tentés de se demander certains. Pour ceux-ci, la question est loin d’être superflue.

En fait, le «ministre du culte » dont il question dans cette affaire n’est personne d’autre que le porte-parole du Khalife général des mourides, Serigne Bass Abdou Khadre. D’ailleurs, ce chef d’inculpation a été collé à Assane DIOUF après qu’il a publié une vidéo à travers laquelle, il s’en prend à   Serigne Bass Abdou Khadre. Comme la plupart des guides religieux du Sénégal, des khalifes au chef de l’église, il est considéré par l’administration comme ministre (avec le même traitement que les ministres du gouvernement ?).

Des stigmates de la colonisation qui ne dérangent guère les tenants du pouvoir. De Senghor à SALL, nos présidents perçoivent les guides religieux comme jadis on percevait, en France et ailleurs en Europe, l’aumônier.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*