ASSEMBLEE-QUESTION D’ACTUALITE SUR LES PERTURBATIONS DE L’ECOLE: Iba Der Thiam interpelle le gouvernement

iba der thiam 000

Les perturbations intermittentes qui secouent le milieu scolaire pourraient s’inviter, à plus ou moins court terme, au centre des débats parlementaires. Pour cause, elles ont fait hier, vendredi 25 janvier, l’objet d’une question d’actualité du député Iba Der Thiam à l’endroit du gouvernement d’Abdoul Mbaye.

Le député Iba Der Thiam du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates persiste et signe dans sa posture de parlementaire le plus « productif » en termes de questions orales et de questions d’actualité au sein des deux législatures qui se sont succédé à l’Assemblée nationale, entre 2000 et 2012. Hier, vendredi 25 janvier, l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale sous la législature sortante (11ème du genre) a transmis au président de l’Assemblée nationale une question d’actualité adressée au gouvernement sur les perturbations intermittentes qui secouent le milieu scolaire au Sénégal.

Dans une correspondance remise à Moustapha Niasse, le nouveau député qui a rejoint la douzième législature, en remplacement de Souleymane Ndéné Ndiaye démissionnaire, note : « En suivant l’actualité politico-syndicale, on a la douloureuse impression que, contrairement aux souhaits exprimés par l’écrasante majorité du peuple sénégalais, l’année scolaire qui commence pourrait connaître des perturbations sérieuses, dont la récurrence pourrait compromettre, dangereusement, la qualité de notre enseignement…».

Et Iba Der Thiam de constater que les revendications des personnels qui sont à la base des perturbations s’avèrent presque les mêmes : retards de salaires, non-perception des indemnités dues « pour leur participation à des jurys, à des corrections d’examens, ou pour d’autres prestations ne leur ont pas été versées, en dépit des engagements souscrits ».

Pour le député libéral, « ce qui est en cause, c’est moins le dispositif technique mis en place (pour résoudre le problème-ndlr), que la volonté politique ». Rappelant, dans sa correspondance à M. Niasse, les divers mécanismes mis en place par les gouvernements antérieurs pour résorber de manière durable ces questions de salaires et d’indemnités, Iba Der Thiam se pose la question de savoir « s’il n’est pas possible que le Gouvernement, en se fondant sur ce précédent que nous avons vécu et qui a donné de bons résultats, mette en œuvre un dispositif adéquat et convaincant ».

Un dispositif qui permettra de résoudre, définitivement, sans exclure toute autre initiative porteuse de solutions durables, la lancinante question des retards de salaires et des retards de paiements d’indemnités. Tout comme les autres droits dus à tous les enseignants et non pas aux seuls corps émergents, « afin que la paix revienne dans nos établissements d’enseignement » ?

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*