Assignation à résidence : Gadio soumis à un régime draconien

Les premiers mots rendus publics de Cheikh Tidiane Gadio, depuis ses ennuis judiciaires aux Etats-Unis, sont un message de remerciements. À l’endroit des autorités consulaires du Sénégal à New York. Ces dernières, avec à leur tête le consul, El Hadji Ndao, lui ont rendu visite mercredi dernier alors qu’il était en détention dans une prison de Manhattan.

“Je suis au courant de l’instruction du chef de l’État (afin que le soutien nécessaire lui soit apporté, Ndlr) et j’apprécie à sa juste valeur le soutien de l’État à mon endroit”, a déclaré l’ancien ministre des Affaires étrangères devant ses hôtes. Les propos sont rapportés par L’AS dans son édition de ce samedi.

Le journal indique que Gadio s’est installé dans la maison de son épouse au Maryland, conformément aux prescriptions de son assignation à résidence. Cette dernière, informe L’AS, “a quitté les États-Unis pour laisser la place à sa fille Khady Gadio, (qui) devrait s’occuper de son père en attendant son prochain face-à-face avec le juge le 18 décembre”.

Le journal signale, citant le document fixant les conditions de son assignation, que l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise est soumis à un régime contraignant. Il doit porter un bracelet électronique, il ne peut rendre visite ni à son avocat ni à ses amis, il doit rester joignable sur une ligne téléphonique fixe installée dans la maison par la justice américaine…

Cheikh Tidiane Gadio est accusé de corruption et de blanchiment. Il aurait joué un rôle actif dans la remise présumée de pots-de-vin au Président tchadien, Idriss Déby, par une entreprise chinoise qui voulait faire des affaires au Tchad. Dans le cadre de cette opération, la justice américaine le soupçonne d’avoir touché 400 mille dollars (plus de 200 millions de francs Cfa). Il nie les accusations.

Assigné à résidence après quelques jours de détention, il sera jugé le 18 décembre.

No Picture
In the Spotlight

«Vivre riche» en Côte d’Ivoire -Médiapart

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par Tënk & Mediapart « Rolex le Portugais » et ses amis ne sont pas des enfants de chœur : à Abidjan, ils vivent d’arnaques aux Européens et le justifient par « un retour de la dette coloniale ». Mais [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*