Athlétisme: Menace de délocalisation du Grand MEETING DE DAKAR

lamine diackLabélisé Grand Prix IAAF avant d’’intégrer les 16 circuits dits de Challenges en 2009, le meeting international de Dakar risque de quitter la capitale sénégalaise. La menace est de Lamine Diack. Le président de l’IAAF l’a fait savoir aux Fédéraux hier, mercredi 16 janvier.

S’il a reconnu qu’il y a eu des raisons qui ont fait que le meeting ne s’est pas tenu l’année dernière, il est hors de question qu’il ne se tienne pas cette année.

«Le meeting Dakar n’est pas mon meeting. J’ai 14 meetings de Diamond League, 16 meetings de Challenges auxquels, je n’assiste pas tous. A chacun, je donne 30.000 dollars. A Dakar, ça coûte souvent 300.000 dollars. Et ça ne réussit pas. Ce qui risque d’arriver, c’est que s’ils (la Fédération) ne le font pas cette année, il n’y aura pas de meeting l’année prochaine à Dakar. C’est tout !», a martelé le président Diack qui présentait ses vœux à la presse.

Et d’ajouter : «ailleurs, je suis tranquille. Ce n’est pas parce que j’habite Dakar que c’est mon meeting. Je n’ai pas le temps d’organiser un meeting. J’ai autre chose à faire. Il y a beaucoup d’athlètes qui ne demandent qu’à venir à Dakar. Notamment Usain Bolt ! Mais, il faut choisir le bon moment».

Il conseille alors aux Fédéraux de tenir le meeting au mois de mars ou avril.

Et pour cause ! «L’Europe nous a imposée une saison qui commence en fin mai et qui se termine au mois de septembre, souligne-t-il. Notre meilleur climat, c’est au mois de mars-avril. Actuellement, il fait bon au Sénégal. L’année dernière, on ne pouvait pas le faire parce qu’il n’y avait les élections».

A moins que la Fédération sénégalaise d’athlétisme change de date, le meeting devrait se tenir le 12 juillet prochain.

Par ailleurs, Lamine Diack n’a pas été tendre avec les sponsors et la mairie de Dakar. «Le meeting de Dakar se faisait parce que nous avions les appuis de la Présidence de la République, de la Mairie de Dakar qui n’a jamais respecté ses engagements. Ils disent qu’ils vont donner 100 millions mais ils ne donnent que 60 millions. On avait l’appui du ministre des Sports. Quant aux sponsors, ils préfèrent mettre de l’argent dans la lutte. Ils mettent des centaines de millions pour un combat de lutte qui ressemble à n’importe quoi», a-t-il déclaré.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*