Attentat de Nice: 16 corps toujours pas identifiés

Les Niçois rendent hommage aux victimes de l'attentat du 14-Juillet sur la promenade des Anglais.
Les Niçois rendent hommage aux victimes de l'attentat du 14-Juillet sur la promenade des Anglais.
Les Niçois rendent hommage aux victimes de l’attentat du 14-Juillet sur la promenade des Anglais.

Deux jours après l’attentat dans la ville touristique de Nice, on compte 84 victimes de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, décédées sous les roues du chauffeur qui a foncé dans la foule avec son camion le soir du 14-Juillet.

Un total de 121 blessés sont encore hospitalisés ce samedi, parmi lesquels 26 sont toujours en réanimation, dont 5 enfants, indique samedi le ministère de la Santé. 16 corps ne sont toujours pas identifiés.

Plus de 30 000 personnes étaient présentes sur la promenade des Anglais. Ils étaient venus admirer le feu d’artifice le soir de la Fête nationale française. Certains sont encore hospitalisés, tous sont traumatisés par cette nuit de l’horreur.

Le terrible bilan des victimes du tueur de Nice est lourd. Au total, 84 personnes sont décédées, dont dix enfants et adolescents. Parmi elles, on compte au moins neuf nationalités différentes, mais seize corps ne sont toujours pas identifiés.

Des victimes de diverses nationalités

Le nombre de disparus est encore incertain. Le ministère des Affaires étrangères belge parle de 20 personnes qui ne donnent plus de nouvelles, à la date du 15 juillet. Son homologue italien évoque, de son côté, six disparus. Trois Roumains, dont un enfant sont aussi portés disparus. 

Parmi les victimes étrangères identifiées figurent : Trois Allemandes (deux élèves et une enseignante), deux Américains (un père et son fils), deux Suisses (une femme et un enfant), une Marocaine domiciliée à Nice, trois Algériens (deux enfants avec leur grand-mère), une étudiante russe en vacances en France, une Arménienne, un Ukrainien a été tué et un autre blessé.

Un garçon tunisien de quatre ans porté disparu après l’attentat de Nice a été retrouvé mort, portant le nombre de Tunisiens tués dans le drame à quatre, a annoncé samedi à l’AFP le ministère des Affaires étrangères. Cinq Tunisiens sont en outre toujours portés disparus depuis l’attaque.

Parmi les dizaines de blessés enregistrés figurent au moins un Britannique, deux Roumains, au moins un Portugais et deux enfants néerlandais de 9 et 14 ans hospitalisés.

16 corps ne sont toujours pas identifiés.

Des blessés encore en convalescence

Un total de 121 blessés sont encore hospitalisés ce samedi, parmi lesquels 26 sont toujours en réanimation. Cinq enfants étaient toujours samedi entre la vie et la mort, dont un garçon de huit ans non identifié.

Les enfants, friands de feu d’artifice et plus fragiles, ont été particulièrement touchés, notamment de fractures et traumatisme crânien. Le plus jeune des enfants blessés n’a que 6 mois, précise Stéphanie Simpson, porte-parole de la Fondation Lenval. 

Ce n’est pas de la thérapie, on prépare juste la suite
Docteur Virginie Busset, de la Cellule d’Urgence Médico Psychologique des Alpes-Maritimes16/07/2016 – par RFIÉcouter

Mais les blessures ne sont pas que physiques. Dans les quatre cellules psychologiques mises en place, plus de 50 familles sont venues se livrer. Le traumatisme risque de rester très présent chez ces personnes qui ont vu l’horreur de si près.

« On reçoit les familles dans le deuil ou en recherche de leurs familles perdues. On fait parler les gens et on leur fait parler des choses », explique le docteur Virginie Busset, de la cellule d’urgence médico-psychologique des Alpes-Maritimes.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*