Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray: le point sur l'enquête

police franceUne nouvelle journée d’hommage et de recueillement en France a eu lieu samedi 30 juillet après l’assassinat du prêtre Hamel il y a quatre jours. La tristesse, donc, mais l’enquête, elle, avance. Une personne est toujours mise en examen et deux autres sont gardées à vue. Les enquêteurs s’attachent en effet à étudier de près le profil des proches des deux tueurs. Le cousin de l’un d’entre eux a été présenté à la justice en vue d’une mise en examen et le parquet de Paris a annoncé dimanche 31 juillet avoir ouvert une information judiciaire.

Samedi soir, deux personnes se trouvaient toujours en garde à vue : le cousin de l’un des tueurs ainsi qu’un réfugié syrien. Un adolescent de 16 ans a lui été libéré, mais il n’en a pas pour autant fini avec la justice. Son ordinateur et son téléphone contenaient des documents de propagande jihadiste ; une procédure pour apologie du terrorisme pourrait être ouverte à son encontre.

D’autant plus que son frère se trouve aujourd’hui en Syrie. C’est un proche d’Adel Kermiche, l’un des deux tueurs, et les enquêteurs se demandent s’il n’aurait pas joué un rôle depuis là-bas dans l’attentat.

Les investigations se concentrent également sur des personnes qui ne seraient pas directement impliquées, mais proches des deux tueurs. C’est le cas d’un mineur de 17 ans avec qui Adel Kermiche à essayer de gagner la Syrie l’an dernier. Il a récemment été arrêté à Genève et a ensuite été remis à la France.

Même cas de figure pour un homme de 20 ans. Cette fois c’est la Turquie qu’il avait rejointe avec Abdel Malik Petitjean, le deuxième jihadiste. Il a été interpellé.

Enfin, il y a toujours une personne mise en examen, âgée de 19 ans et fichée S. Une vidéo où Petitjean prête allégeance au groupe Etat islamique avait été retrouvée à son domicile.
RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*