Au Kenya, des ONG sont en danger

ONG kenyaLes ONG travaillant au Kenya risquent de perdre leur licence si elles ne se conforment pas aux nouvelles règles strictes concernant l’emploi d’étrangers.

Selon les autorités, à quelques exceptions près, les étrangers ne devraient pas être recrutés si des Kenyans sont en mesure d’effectuer le travail demandé.

Environ 80 000 personnes travaillent dans ce secteur au Kenya. Les ONG jouent un rôle important dans la fourniture de services essentiels.

Le pays constitue un centre régional pour les ONG, de nombreux organismes d’aide humanitaire qui agissent en RDC et au Soudan du sud étant basés au Kenya.

Salaires

Les disparités entre les salaires des étrangers et des Kenyans ont également été critiquées.

Une ONG international a déclaré à la BBC que les salaires élevés pour les étrangers étaient nécessaires parce qu’ils travaillaient loin de chez eux.

Le Conseil des ONG du Kenya, un organisme officiel qui supervise le travail effectué dans ce secteur, affirme que certaines organisations ne respectent la loi en employant des expatriés sans permis de travail approprié.

Selon cet organisme, les étrangers ne devraient être utilisés que lorsqu’aucun Kenyan avec les mêmes compétences n’est disponible, sauf s’ils sont vraiment essentiels pour le fonctionnement de l’ONG, ou s’ils sont chargés de former des personnes aptes à les remplacer.

Les recherches menées par le Conseil indiquent que les expatriés gagnent environ quatre fois le salaire de la population locale pour effectuer le même travail, avec des compétences et des qualifications comparables.

BBC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*