Au moment du suicide, l’individu ne jouit plus de toutes ses facultés mentales, selon Ansoumana DIONE de l’ASSAMM.

Quelque soit la gravité des difficultés auxquelles nous pouvons être confrontés dans la vie, l’individu ne doit jamais tenter de mettre fin à ses jours. En clair, le suicide ne saurait être la solution à nos problèmes.

Ces propos sont d’Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) qui souligne, par ailleurs, que ceux-là qui utilisent cette mauvaise pratique, ne jouissent plus généralement de toutes leurs facultés mentales, au moment des faits.

C’est pourquoi, lorsqu’une personne se trouve dans certaines difficultés, il faut toujours lui parler en lui proposant des solutions de sortie de crise.

En vérité, le suicide est un phénomène qui peut arriver à n’importe qui à cause notamment de la dépression, le stress, entre autres, pouvant découler de la déception, par exemple, et c’est la raison pour laquelle l’Organisation mondiale de la santé (Oms), pour célébrer en cette année 2017, la Journée Mondiale de la Santé Mentale, avait choisi comme thème :

“santé mentale au travail.” Malheureusement, ici, au Sénégal, les autorités sanitaires n’avaient pas du tout voulu, à l’occasion de cette Journée, aborder ce thème avec l’ensemble des acteurs de la santé mentale pour prévenir ces genres d’actes très regrettables comme celui qui vient de se passer hier à Sédhiou où le Directeur de l’Hôpital régional a tenté de se suicider.

Le Président Macky SALL refuse d’éponger la dette de l’ASSAMM.

Dans une correspondance en datte 12 juin 2017, l”Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) avait sollicité l’appui du chef de l’Etat Macky SALL pour éponger ses dettes contractées dans le cadre de sa noble mission.

Et, dans une réponse signée par son Directeur de Cabinet, le Ministre El Hadji Omar YOUM, le 17 juillet 2017, ce dernier nous a fait savoir que notre requête est soumise à l’étude pour examen et suite à donner. Malheureusement, jusqu’ici, aucune suite ne nous est parvenue, comme si les malades mentaux pour qui nous nous battons, ne méritent plus le soutien des autorités.

En vérité, nous ne pouvons pas comprendre que notre Association, créée en l’an 2000, soit aujourd’hui confrontée à d’énormes difficultés sans être soutenue par les pouvoirs publics. Et, pourtant, nous jouons un rôle beaucoup plus important que certaines Institutions budgétivores, n’ayant aucune utilité pour les populations.

D’ailleurs, vu le manque de considération de la part du régime en place, vis-à-vis de cette couche particulièrement vulnérable de société, nous avons finalement arrêté nos activités, suite au décès d’un malade mental devant l’Hôpital régional El Hadji Amadou Sakhir N’DIEGUENE de Thiès. Avec le Président Macky SALL, les malades mentaux errants sont tous condamnés à restés dans les rues, sans assistance. Maleureux!

Suite au décès du malade mental à Thiès, l’ASSAMM exige la démission du Ministre de la Santé et de l’Action Sociale.

Qu’un malade mental perde la vie devant l’Hôpital régional El Hadji Amadou Sakhir N’DIEGUENE de Thiès, Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) n’arrive toujours pas, naturellement, à l’admettre.

Pire, il ne comprend pas également la très mauvaise attitude du Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Monsieur Abdoulaye DIOUF SARR qui, jusqu’ici, refuse de se prononcer sur ce fait extrêmement grave qui a secoué, en vérité, tout le système sanitaire. Poutant, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Santé Mentale, célébrée le 10 octobre dernier, la Division de la Santé Mentale que dirige le Professeur Aïda SYLLA, avait organisé une sorte de cinéma dans un Hôtel de la place, pour soi-disant apprendre aux Médecins chefs de régions, Directeurs d’hôpitaux, entre autres, comment prendre en charge les malades mentaux dans les régions, à travers des guides qui n’ont aucune utilité.

Et, si le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale est parvenu à organiser une telle rencontre à laquelle nous avions refusé d’y prendre part, c’est parceque c’est le Ministre Abdoulaye DIOUF SARR qui l’a soutenu dans cette forfaiture, occultant du coup les véritables préoccupations des malades mentaux, de leurs familles et des principaux acteurs.

C’est la raison pour laquelle, suite à ce décès du malade mental à Thiès, l’Assistance Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) exige la démission immédiate du Ministre Abdoulaye DIOUF SARR pour incompétence et non respect des droits des personnes souffrant de troubles mentaux.

Rufisque, le 26 octobre 2017,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) – Tel: 77 550 90 82 – 70 745 88 47

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*