Autoroute Dakar-Aibd: A quand la baisse effective du tarif ?

Conscient de la cherté du péage sur l’autoroute Dakar-AIBD, le Président de la République, Macky Sall, a informé qu’il est en négociation avec l’opérateur pour diminuer les tarifs jugés trop élevés par les clients. Les usagers qui empruntent ce tronçon approuvent cette mesure et attendent avec espoir sa concrétisation. Au lendemain de l’annonce du Président de la République, Macky Sall, de la diminution en négociation du tarif Dakar-AIBD de 3000 à 2000 francs CFA, certains usagers donnent leurs avis. C’est le cas de Modou Diop, chauffeur de taxi reliant Dakar et l’aéroport international Blaise Diagne de Diass, trouvé à la Patte d’oie. « J’ai appris cette nouvelle ce matin et j’approuve cette mesure. J’espère que les discussions aboutiront entre les différentes parties et cela nous fera du bien, nous usagers de cette tranche », a-t-il dit. Un peu plus loin, un autre abonde dans le même sens, mais émet des réserves par rapport à cette mesure. « Moi, personnellement, j’attends de voir l’évolution de la situation parce qu’une annonce reste une annonce. Je veux du concret. Vous savez, à l’approche des élections, il y a des choses qu’il ne faut pas prendre en compte », a-t-il lancé. Ce chauffeur de véhicule particulier, préférant garder l’anonymat et qui emprunte régulièrement le trajet Dakar-AIBD, déverse sa colère. « Nous avions appris au courant du mois de décembre, la baisse du tarif sur ce tronçon. A ma grande surprise rien n’est fait jusqu’à présent et on continue de redire la même chose. S’il s’agit de faire des annonces seulement sans application, qu’on arrête de faire espérer aux usagers une baisse qui ne s’applique jamais », a-t-il martelé. A quelle déclaration se fier ? Ce mardi à Mbour, lors de l’inauguration du tronçon AIBD-Mbour-Thiès, et le lancement des travaux de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack, le Chef de l’Etat a déclaré : «J’ai décidé de diminuer le tarif Dakar-AIBD qui est en négociation avec l’opérateur pour passer de 3000 à 2000 francs CFA ». Sur ce, il a instruit son Gouvernement de faire en sorte que les prix appliqués soient à la portée des populations. Dans cet esprit, dira-t-il, les coûts proposés pour AIBD-Mbour-Thiès devront être abordables, comme c’est le cas aujourd’hui de Thiès-Touba. On se rappelle que durant le mois de décembre, l’Agence nationale pour la promotion des investissements et des grands travaux (APIX), à travers un communiqué de l’Agence de presse sénégalaise datant du 23 décembre 2018, avait déclaré : « L’Etat du Sénégal informe tous les usagers que la baisse annoncée des tarifs du péage (…) de l’autoroute sera effective ce lundi 24 décembre 2018, à partir de 6 heures, notamment sur le trajet Dakar-AIBD qui s’élève à 2000 francs CFA au lieu de 3000 ». Sécurité sur les autoroutes, une préoccupation S’agissant de la sécurité de l’autoroute AIBD-Mbour-Thiès, le Chef de l’Etat a demandé aux populations de ne pas détruire les grilles de protection de l’autoroute pour que les animaux ne traversent pas. Sur ce, il a instruit Abdoulaye Daouda Diallo, Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du Désenclavement, de trouver des solutions définitives à toutes les normes de sécurité. « Avec la réalisation des tronçons autoroutiers Diamnianio-AIBD-Mbour-Thiès et Ila Touba, notre patrimoine autoroutier est passé aujourd’hui de 32km en 2012, à 221 Km au moment où je vous parle », a dit le Chef de l’Etat. En effet, le tronçon AIBD-Mbour-Thiès, long de 55 km, est scindé en deux branches, à savoir Thiombokh-Mbour sur 36 km, et AIBD-Thiombokh-Thiès sur 16 km. Le cout est estimé à 470 millions de Dollars américain comprenant les études, les travaux et les équipements électromécaniques. Le cout de la construction de l’autoroute Mbour-Fatick-Kaolack, longue de 100 km, est estimé à 460 milliards de francs CFA environ, dont 450 milliards pour les travaux, 4 milliards pour les prestations Amo et 6 milliards pour les impensess. Il sera financé par Exi Bank China à hauteur de 85% et 15% par l’Etat du Sénégal. Ainsi, les études foncières, les enquêtes parcellaires et le balisage de l’emprise ont été achevées au courant du mois de novembre 2018 en vue du démarrage des travaux de la commission départementale de recensement des impenses au courant du premier trimestre 2019. Les études APD sont également en cours. Zachari BADJI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*