BACCALAUREAT TECHNIQUE AU SENEGAL Une nouvelle réforme en perspective

Le gouvernement du Sénégal entend réformer le Baccalauréat technologiques et leur contenu dans la perspective de faciliter l’orientation des bacheliers techniques au niveau supérieur et améliorer l’offre de formation pour mieux l’articuler avec les besoins de qualifications et les exigences du marché du travail. L’annonce est du ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla. C’était hier, lundi 16 décembre, à l’occasion de la conférence ministérielle pour la Formation professionnelle et technique (FPT).
bac_tech
Dans la proposition de mise en place d’un Plan d’Action sur la Formation professionnelle et technique du Sénégal, il s’agit pour le ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat de poursuivre la Réforme du Baccalauréat technique. Une rénovation qui devra permettre de faciliter l’orientation des nouveaux bacheliers de l’enseignement technique au niveau supérieur et d’adapter l’Offre de formation aux réalités du marché.

C’est le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla, qui l’a annoncé hier, lundi 16 décembre, à l’occasion de l’ouverture de la Conférence ministérielle pour la Formation professionnelle et technique (FPT).

«Nous avons après un état des lieux, décidé de réformer le baccalauréat technique. Il y a des années l’orientation des bacheliers techniques a posé un énorme problème malgré l’installation des Bts dans les lycées. La nécessité de réformer le baccalauréat technique est une urgence», a-t-il déclaré.

Dans une logique de mieux centrer l’Offre de formation aux besoins spécifiques du monde l’Emploi, la révision des matières techniques et scientifiques s’avère une nécessité, notamment en Mathématiques et Sciences physiques. Et ne pas seulement se limiter à la mécanique et à l’électrotechnique, le ministre préconise le développement d’autres types de formation, notamment l’initiation à la Science de l’ingénieur.

«Le Sénégal est dans cette voie. La Réforme est enclenchée au niveau des contenus des formations et l’équipement qui permettra de répondre à la question d’employabilité et d’emplois des jeunes », a laissé entendre Mamadou Talla.
La conférence ministérielle a été aussi un cadre pour les participants d’analyser la situation du marché du travail dans le but de définir les enjeux et défis en vue de définir une stratégie à adopter.

Une stratégie qui nécessite une gestion budgétaire performante non pas basée sur l’annualité du budget mais sur un cadre de dépenses à moyen terme. Ainsi, l’adoption d’une démarche de consolidation ou de refondation de la formation professionnelle passe par une hiérarchisation des priorités dans une perspective pluriannuelle du budget.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*