BAMBA DIEYE SUR LE SET-SETAL DE L’APR «Si c’est pour faire du cinéma, je dis non !»

Avant le 27 décembre prochain, datte à laquelle, les apéristes comptent organiser une grande opération de nettoiement pour bouter les ordures hors de la ville, Cheikh Bamba Diéye se veut très clair et promet qu’il mettra de l’ordre dans sa ville contre toute personne qui tenterait de faire de la gestion des ordures une affaire politique. Pour le maire de la ville, les apéristes ne lui ont pas encore parlé de cette grande opération.apr ch bamaba dieye

ce jour, la mairie de Saint-Louis n’est absolument impliquée. Et, ça m’étonne. C’est pourquoi, je me pose beaucoup de questions. Je pense qu’aujourd’hui, du point de vue de la responsabilité, la gestion des ordures, relève de la collectivité locale. Et en termes de participation et de citoyenneté, nous sommes les premiers à souhaiter que les populations de Saint-Louis viennent à nos côtés pour nous aider et pour nous appuyer. Il y a eu plusieurs tentatives de citoyens à Ndioloféne par exemple. Des gens que nous avons connus qui se sont signalés prés de la commune pour faire des actions et la commune les a accompagnés car les moyens de la commune appartiennent aux populations de Saint-Louis. C’est ça l’intérêt d’avoir une commune qui a les moyens et qui fait de l’investissement», magnifie Cheikh Bamba Diéye.

«Du travail a été fait»

L’édile de Saint-Louis de soutenir que la mairie n’acceptera jamais que des hommes politiques politisent le débat de l’insalubrité de la commune qu’il juge très léger car, selon lui, des efforts ont été faits pour lutter contre l’insalubrité. «Aujourd’hui, ce que nous ne pouvons pas accepter au niveau de la commune, c’est lorsqu’on a étalé tout l’effort que nous faisons, que l’on puisse venir à nos cotés présenter une situation qui n’existe nulle part. Et, par la même occasion, tenter de discréditer tout le travail qui a été fait. On ne se réveille pas pour capter Intradel, la Wallonie-Bruxelles, l’Union européenne et d’autres partenaires et avoir l’Afd à ses côtés. C’est du travail qui a été fait. Tout le monde a été conscient qu’à Saint-Louis, la mairie a fait des pas de géant pour lutter contre l’insalubrité. Nous sommes allés jusqu’à embaucher 50 jeunes filles de la ville de Saint-Louis pour faire encore plus dans le balayage et en même temps, trois voire quatre projets sont présents dans la vieille ville», a dit le maire de Saint-Louis. Cheikh Bamba Diéye de conclure pour dire niet à cette manifestation du 27 décembre prochain.

488.500 euros

«Si quelqu’un est vraiment animé par de bonnes intentions, si l’idée seulement est de faire participer des citoyens, nous sommes preneurs, mais en d’autres termes, si c’est pour profiter d’une occasion pour faire son cinéma, je dis non et c’est un non catégorique. Et je pense que pour faire du développement et de la décentralisation, il est de l’impérieuse responsabilité de ceux-là qui envisagent demain de gérer la collectivité, de donner du tonus, de la rigueur et un peu plus de respect à la commune de Saint-Louis. C’est le minimum.

Sinon on serait dans le n’importe quoi et le n’importe quoi n’a pas lieu à Saint-Louis». Cheikh Bamba Diéye a tenu ces propos hier lors d’une rencontre avec les partenaires qui ont permis de mettre sur la table 488.500 euros afin de développer la ville et d’améliorer le cadre de vie. Le projet Assainlou s’est fixé comme objectif de réduire l’émission des gaz à effet de serre et contribuer à l’amélioration du cadre de vie des populations, en travaillant sur la gestion des déchets, sur la base de leur hiérarchie en cinq étapes, à savoir la prévention, le réemploi, le recyclage, la valorisation et l’élimination avec la participation active des populations.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*