Banques : les Français abonnés au découvert

BANK PAR PORTABLEFAIT DU JOUR. Selon le comparateur en ligne Panorabanques.com, près de sept Français sur dix souhaitent une autorisation de découvert. Les banques se frottent les mains.

Tous accrosau découvert ! C’est ce qui ressort d’une étude du comparateur de banques en ligne Panorabanques.com que notre journal dévoile en exclusivité. Selon cette enquête*, pas moins de 68 % des personnes interrogées — y compris les plus aisées — souhaitent disposer d’une autorisation de découvert, c’est-à-dire de la possibilité de se servir de son compte même s’il n’y a pas assez d’argent dessus pour régler les paiements en cours ou à venir. Mieux, 42 % des sondés souhaitent une telle permission de leur banque quand bien même ils ne sont jamais en situation de découvert. Des chiffres en droite ligne avec ceux de la Banque de France qui, à la fin du premier trimestre 2016, estimait à 7,6 Mds€ l’encours des découverts, le record — 7,65 Mds€ — ayant été atteint à l’été 2015. Des sommets jamais vus depuis 1993.

A l’inverse, le recours au fameux crédit renouvelable (réutilisable au fur et à mesure du remboursement afin de financer des achats non prévus) est de moins en moins prononcé. Bref, le découvert semble être perçu comme la solution numéro un pour faire face à un imprévu. Les problèmes de trésorerie passagers sont d’ailleurs la première raison invoquée dans l’étude de Panorabanques.com par les sondés : un tiers d’entre eux disposent d’un découvert autorisé jusqu’à 500 €.

Un coût de 59,80€ par an et par client sans compter les agios

 

Le second motif mis en avant est tout bêtement la mauvaise gestion de leur compte. Près de la moitié des personnes interrogées admettent ne pas prévenir leur banque quand elles sont dans le rouge. Pas étonnant que le coût soit de plus en plus important : 59,80 EUR par an et par client en moyenne rien qu’en commissions d’intervention (en cas de découvert non autorisé, sans compter les taux d’intérêt, de 10 % en moyenne). Une sacrée bonne affaire pour les banques, qui se rémunèrent grassement.

 

* Réalisée en mai et avril 2016 auprès de 69 336 personnes âgées de 18 à 50 ans et complétée par un sondage en ligne mené en juin auprès d’un échantillon représentatif de 737 personnes.

 

Découvert bancaire : les 10 commandements à respecter

Un découvert coûte cher. Autant de frais bancaires évitables pour le bien de vos finances. Détails des solutions pour y échapper.

 

1 Comparer les offres. Lire les conditions et les tarifs de chacune des banques pour choisir celle qui vous convient le mieux. Ne pas hésiter à résilier si vous trouvez des services qui répondent davantage à vos besoins.

 

2 Consulter son compte. Grâce aux identifiants Internet, il est possible de suivre l’état de vos finances quand vous le souhaitez. Une consultation rapide vous permettant de connaître à chaque instant le solde de vos comptes.

 

3 Etre en alerte. De nombreuses banques vous proposent de vous avertir gratuitement par SMS et/ou par mails automatiques lorsque vous êtes débiteur. Une solution efficace pour limiter les découverts.

 

4 Etablir votre budget. Séparer les dépenses exceptionnelles des régulières (loyer, électricité, gaz, télécoms, assurances…), qui pèsent davantage sur votre portefeuille au quotidien.

 

5 Programmer ses dépenses. Attendez que vos sources de revenus soient bien créditées sur votre compte bancaire avant de payer vos factures ou régler des achats.

 

6 Avertir son conseiller. En cas de dépense imprévue, pensez à informer en amont votre conseiller. En cas de débit, cela vous évitera de payer des commissions d’intervention trop importantes ou que votre paiement soit refusé.

 

7 Attention aux crédits. Ça peut paraître une lapalissade : ne pas accumuler les crédits à la consommation aux taux d’intérêt souvent prohibitifs pour vous assurer une pérennité financière.

 

8 Prévoir des provisions. Ne pas payer par chèque ou par prélèvement alors que vous ne disposez pas des fonds sur votre compte. Votre paiement risque de se voir rejeté pour défaut ou insuffisance de provision. De quoi occasionner des frais bancaires.

 

9 Choisir la bonne carte. Oublier celles à paiements différés ou immédiats. Avec la carte à autorisation de paiement systématique, il est impossible de payer et de retirer des espèces si vous êtes dans le rouge.

 

10 Epargner. Mettre de l’argent de côté vous permet de couvrir d’éventuels coups durs. Une précaution d’autant plus essentielle pour les petits budgets. Placer l’épargne sur un livret, pour qu’elle soit à la fois disponible et rémunératrice grâce aux intérêts.

 

 

 

 

http://www.leparisien.fr/

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*