Barack Obama a livré un hommage poignant à son ancien adversaire John McCain, “Nous n’avons jamais…”

Ils étaient tous les deux opposés lors de l’élection présidentielle de 2008. Barack Obama a livré un hommage poignant à son ancien adversaire John McCain, “Nous n’avons jamais douté que nous étions dans la même équipe” 

De la politique, mais surtout beaucoup de respect. Barack Obama a rendu un vibrant hommage au “héros américain” John McCain lors d’une matinée de funérailles nationales, ce samedi 1er septembre. L’ancien président et son prédécesseur George W. Bush se sont succédé pour prononcer leurs oraisons funèbres dans la cathédrale de Washington.

Pendant 20 minutes, Barack Obama, qui a remporté l’élection présidentielle de 2008 face au républicain John McCain a salué son adversaire, qui a fait de lui un “meilleur” président selon ses mots. Il est également revenu sur cette période lors de laquelle les deux hommes s’opposaient.

“Nous avons apprécié le temps que nous avons passé à l’écart des lumières. Et nous avons ri l’un de l’autre. Et nous avons appris l’un de l’autre. Nous n’avons jamais douté de la sincérité de l’autre, ni du patriotisme de l’autre, ni que, au bout du compte, nous faisions partie de la même équipe. Nous n’avons jamais douté que nous faisions partie de la même équipe”.

Il a également confié: “John n’hésitait pas à me dire quand je faisais des erreurs, ce qui selon ses calculs arrivait une fois par jour”. “C’est peut être comme ça que nous l’honorons le mieux. En reconnaissant qu’il y a des choses plus importantes que les partis, l’ambition, l’argent, la célébrité ou le pouvoir. Qu’il y a des choses qui méritent que l’on risque tout”, a-t-il poursuivi.

Barack Obama a même pu glisser une petite pique à l’attention de Donald Trump, banni de la cérémonie à la demande même de John McCain.

“Ce qui fait la grandeur de notre pays, c’est que notre appartenance politique n’est pas basée sur notre lignée… d’où venaient nos parents ou nos grands-parents, mais sur l’adhésion à un credo commun: Que nous sommes tous créés égaux”.

“Notre vie publique peut paraître petite, méchante et mesquine, porteuse d’insultes et de suffisance”, a dit Barack Obama. “C’est une politique qui se prétend courageuse et ferme mais qui est basée sur la peur”, a-t-il ajouté.

“John était avant tout un homme avec un code”, a pour sa part assuré George W. Bush. “Il respectait la dignité de chaque vie, une dignité qui ne s’arrête pas aux frontières et qui ne peut être effacée par les dictateurs”.

Il “a combattu des politiques et des pratiques qu’il estimait indignes de notre pays, John McCain insistait: ‘nous valons mieux que ça'”, a souligné l’ex-président républicain, alors que le sénateur s’était fermement opposé aux méthodes d’interrogatoire de la CIA après le 11-Septembre, pendant son mandat.

“L’Amérique de John McCain n’a pas besoin qu’on lui rende sa grandeur parce qu’elle a toujours été grande”, a aussi lancé sa fille, Meghan, longuement applaudie après avoir moqué le slogan de campagne de M. Trump.

C’est coiffé d’une casquette portant ce slogan “rendre à l’Amérique sa grandeur” que le magnat de l’immobilier a affiché sa distance en quittant la Maison Blanche pour sa partie de golf, son sport favori. Il avait délégué à la cathédrale son plus proche collaborateur, le général John Kelly ainsi que son ministre de la Défense Jim Mattis et son conseiller à la sécurité nationale John Bolton. La fille et conseillère du président, Ivanka Trump, était aussi dans l’assistance avec son époux Jared Kushner, nouveau signe des différences qu’elle affiche régulièrement avec son père.

Plusieurs centaines de personnalités politiques de tous bords ont assisté avec la famille de M. McCain, sa veuve Cindy, ses sept enfants ainsi que sa mère Roberta, 106 ans, à cette cérémonie organisée dans la cathédrale nationale de Washington et retransmise en direct sur les grandes chaînes de télévision.

Auteur: Claire Tervé – Huffingtonpost.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*