Benalla au JDD : J’étais prêt à démissionner, on m’a répondu que ce n’était pas la peine

C’est l’homme qui voulait protéger le Président, devenu celui par qui le scandale est arrivé lorsqu’une vidéo le montrant en train de molester des manifestants à Paris, le 1er mai dernier, a émergé. Alexandre Benalla, ancien chargé de mission de l’Elysée et proche collaborateur d’Emmanuel Macron, qu’il appelle “le patron”, se livre auprès du JDD sur l’affaire qui porte son nom. Une affaire dont la genèse remonte au mois de mai, quand il a été sanctionné par une mise à pied de deux semaines lorsque l’Elysée a appris l’existence de la vidéo. “J’ai dit que j’étais prêt à démissionner, assure-t-il. On m’a répondu que ce n’était pas la peine.”

Aujourd’hui mis en examen, Alexandre Benalla retrace son parcours, qui l’a conduit d’une cité d’Evreux à la protection du président de la République, “un homme qui donne envie d’y aller pour lui”, à qui il n’a plus parlé depuis le 16 juillet, jour du retour des Bleus en France. “Il me faisait confiance, j’ai merdé, reconnaît-il. J’étais là pour le protéger et c’est moi qui l’ai mis en difficulté.”

Au détour d’une anecdote sur son passé, celui qui se dit “impulsif mais pas violent” révèle qu’il a songé à se présenter aux législatives l’an dernier : “Beaucoup de gens ont tout perdu avec l’élection de Macron, et ils ne savaient pas sous quel angle l’attaquer”, expose-t-il. Va-t-il se présenter devant les commissions d’enquête parlementaires ? “Je dois me reposer, réfléchir. Mais oui, j’ai plutôt envie d’y aller. Ils veulent des explications, j’ai de quoi leur en donner.”

Source et plus

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*