Bénin: Yayi Boni fait suspendre un média privé

AgenciaBrasil230312WDO_0234C-587x345_cLes abonnés du quotidien privé «Le Matinal» vont attendre encore longtemps pour avoir une nouvelle édition du journal. Une mesure dite «conservatoire» prise ce 3 novembre 2015 par le président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), Adam Boni Tessi suspend le journal jusqu’à nouvel ordre.

La HAAC reproche au quotidien des «termes injurieux» contre la députée Claudine Prudencio et, surtout, contre le président de la République, Thomas Boni Yayi. Dans son édition du 27 octobre 2015, «Le Matinal» écrit en manchette de sa une: «Décision en conseil des ministres sur Patrice Talon : Yayi Boni panique à nouveau ; la preuve d’un Etat voyou ; du sinistre flagrant».

La Haac relève que dans ses pages intérieures, le quotidien poursuit: «Yayi Boni et consorts… ont des comportements de voyou… ». Puis, dans son édition du lendemain, le quotidien assène : «Dernier Conseil des ministres : Yayi coupable de parjure». Les développements internes donnent ceci : « … ce qu’ils viennent de faire s’apparente, ni plus ni moins, à la voyoucratie d’Etat».

Apparemment, les autorités n’ont pas aimé le fait que le quotidien « Le Matinal» ait abordé en long et en large l’affaire Patrice Talon qui fut un proche du président Boni Yayi, avant de tomber en disgrâce, accusé de tentative d’empoisonnement du chef de l’État, de préparation d’attaque contre l’avion présidentiel, de recrutement de commandos et de détournement de fonds publics. Mais aucune preuve n’a jamais été apportée. Après 3 ans d’exil à l’étranger, Patrice Talon est retourné au Benin le 8 octobre dernier.

La Haac estime que «par l’usage d’un champ lexical comportant des termes injurieux, se met en porte-à-faux avec sa mission sociale d’éducation des masses».

Déjà le 26 octobre dernier, le journal traitait le parti l’Union pour le développement d’un Bénin nouveau (Udbn), le parti de Claudine Prudencio d’un «ramassis de coquins et de copains venus célébrer les élucubrations d’un individu qualifié de mythomane par la presse locale».

Le président de la Haac du Bénin décide donc de suspendre le journal «Le Matinal» jusqu’à l’audition de son directeur de publication et des auteurs des articles incriminés.

Cette décision prise dans un contexte électoral au Bénin a été qualifiée par plusieurs observateurs comme décision politique surtout que le Conseil de la Haac ne s’est pas réuni avant la prise de décision.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*