“Bienvenue dans l’Etat islamique de France” : un donateur de Trump a financé ces pubs islamophobes

Robert Mercer aurait donné 2 millions de dollars à Secure America Now, l’organisation à qui l’on doit ces trois vidéos anti-immigration.

© Copyright 2018, L’Obs Le clip surréaliste d’une minute date de 2016 et est l’oeuvre de Secure America Now (SAN), une organisation anti-immigration à but non lucratif

La Mona Lisa de Léonard de Vinci portant une burqa, la cathédrale Notre-Dame de Paris transformée en mosquée, les cafés parisiens sont fermés pour le Ramadan…”Bienvenue dans l’État islamique de France”, lance une voix off.

Ce clip surréaliste d’une minute date de 2016 et est réalisé par Secure America Now (SAN), une organisation anti-immigration à but non lucratif. Son objectif ? Semer l’angoisse chez les électeurs américains qui hésiteraient encore à voter pour le candidat Républicain d’alors : Donald Trump. Selon une enquête de l’ONG Center for Responsive Politics publiée ce jeudi 5 avril et relayée par le site Quartz, cette campagne a été financée en partie par un des plus grands soutiens de Trump, le milliardaire Robert Mercer.

“À vous de faire un choix”

Dans la réalité parallèle de SAN, la France n’est pas la seule à être tombée dans les mains de l’État islamique. L’Allemagne aussi, privée de saucisse au porc et de bière pour sa célèbre Oktoberfest, paye cher le prix de sa politique migratoire.

Aux États-Unis, c’est la Statue de la Liberté qui est intégralement voilée et les personnes homosexuelles vivent désormais un apartheid.

La voix off affirme :

“Les leaders faibles qui ont toléré des frontières non-sécurisées et qui ont accueilli des réfugiés syriens ont permis à nos combattants djihadistes de s’infiltrer et de prendre le pouvoir de l’Amérique”.

Ce dernier clip s’achève sur un message : “A vous de faire un choix” et est signé “Secure America Now”, littéralement : “Assurez la sécurité de l’Amérique”.

2 millions de dollars

Dignes des théories complotistes du soi-disant “Grand remplacement”, ces vidéos de propagande politique anti-immigrés ont été partagées sur les réseaux sociaux comme Facebook ou via Google, pendant la campagne présidentielle américaine de 2016. Selon Quartz, elles étaient destinées aux électeurs hésitants (les swing voters) de l’Etat du Nevada et de celui de la Caroline du Nord.

Effrayant ? Oui, d’autant plus que c’est en partie à Robert Mercer, le milliardaire américain aujourd’hui au coeur du scandale Cambridge Analytica, que l’on doit ces vidéos.

Ce fidèle soutien de Trump a financé à hauteur de 15 millions de dollars l’entreprise d’analyse de données qui avait travaillé pour la campagne présidentielle de son ami et qui est aujourd’hui accusée d’avoir recueilli sans leur consentement les informations personnelles de millions d’usagers du réseau social.

© Fournis par Le Nouvel Obs

Robert Mercer aurait donné 2 millions de dollars à Secure America Now, selon l’enquête du Center for Responsive Politics NGO qui s’appuie sur des documents fiscaux. D’après l’organisme chargé de retracer l’utilisation de l’argent en politique, Ronald Lauder, autre homme d’affaire américain derrière la marque Estée Lauder, aurait lui donné 1.1 million de dollars à la SAN.

Plus inquiétant encore, Facebook et Google auraient directement oeuvré pour la diffusion de ces vidéos de campagne, selon un article de Bloomberg publié le 18 octobre dernier.

msn.com

In the Spotlight

Aimez-vous le visage de la nouvelle Marianne ?

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Ce n’est pas une FEMEN, c’est déjà une réussite La nouvelle Marianne, dévoilée jeudi par Emmanuel Macron est représentée de profil, les cheveux au vent, coiffée d’un bonnet phrygien bardé d’une cocarde et le regard [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*