BIGNONA – Reprise des braquages : Des passagers dépouillés de leurs biens et des véhicules emportés

Des hommes armés ont fait irruption hier lundi à Bélaye sur l’axe Bignona-Diouloulou, pour opérer des braquages. Des passagers ont été dépouillés de leurs biens et des véhicules et motos Jakarta emportés.

Les bandes armées qui avaient disparu sur les principaux axes routiers de la partie sud du pays ont fait leur apparition ce lundi dans le Fogny.

En effet, selon nos sources,  c’est aux environs de 8 heures du matin  que plusieurs hommes armés ont fait irruption aux abords des villages de Bélaye et de Badiana sur l’axe Bignona-Diouloulou. Un débarquement qui avait surpris plus d’un sur cet axe très prisé  par les voyageurs qui vont vers Kafountine et la Gambie voisine. 

C’est ainsi que deux véhicules sept (07) places, un véhicule 4×4 et quatre motos Jakarta seront braqués par les assaillants. Nos sources révèlent que ces derniers ont dépouillé tous les passagers de leurs biens avant de se fondre dans la nature avec les trois véhicules et les motos Jakarta.   

Ce regain d’activisme de la part de ces bandes armées survient dans un contexte marqué par une forte accalmie notée sur le terrain ; mais il intervient également dans un contexte où le conflit casamançais alimente les débats dans l’espace médiatique suite à l’apparition du livre du colonel Ndaw de la Gendarmerie nationale ; un brûlot qui a mis à nu plusieurs couacs dans la gestion de la crise casamançaise et qui incrimine le général Fall qui avait plusieurs années durant en charge de la gestion de ce dossier.

Acte isolé ou un moyen pour la branche armée du Mfdc Atika d’entrer à son tour dans ce débat d’accusations et de contre accusations au sein de la hiérarchie militaire ?

Autant de questions qui taraudent les esprits des populations depuis hier dans la partie sud du pays ; des populations dont les préoccupations étaient plutôt orientées vers la prochaine fête de la Korité, mais qui viennent à nouveau de se rappeler avec la reprise des braquages que le processus de paix en Casamance est encore parsemé d’embûches.  

  • Écrit par  Ibou MANE

imane@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*